Logo2 v5

Jean Foulques (ca 1523-1593)Blason de la famille Foulques

 

 

Jean Foulques (Fouques ou Fulconis) naquit à Draguignan vers 1523. Son arrière-grand-père, Raphaël, y était drapier-chaussetier au milieu du XVème siècle. Son grand-père, Barthélémy, mort en 1529, fut porté à plusieurs reprises à la tête de la municipalité par ses concitoyens. Son père, Honoré, époux de Jaumette de Leydet, fit prospérer sa famille au point de lui acquérir nombre de seigneuries dont celles de la Garde-lez-Figanières dont il prit le nom Foulques de la Garde. Jean Foulques venait en second après un aîné nommé Joseph ; naquirent après lui Antoine qui fut avocat à Draguignan, Jeanne qui épousa le juge royal Guillaume Barbossy et qui fut la mère du chanoine Guillaume Barbossy, puis Balthasar. Jean Foulques destiné aux ordres comme son oncle paternel fut tonsuré à Draguignan le 10 juin 1539, par Antoine Imbert Filholi, archevêque d'Aix. Il reçut le sous-diaconat à Lorgues, le 20 mars 1546, le diaconat à la cathédrale, le 19 décembre 1551. Bachelier en droit, il est pourvu de la stalle de prévôt avant même d'avoir reçu les ordres majeurs : au moins en 1545, en 1540, disent les Gallia. On le voit passer une transaction avec les habitants de Claviers, dont il est seigneur, le 15 octobre 1545, y assister à la visite du vicaire général, Boniface Pignoli, le 30 octobre de l'année suivante, participer à l'assemblée du clergé de France le 27 février 1553. A la mort de Leone Orsini, en 1564, le prévôt assiste le vicaire général d’Aix, avec le chanoine Pierre Bonnaud, pour le gouvernement du diocèse durant la longue vacance qui s’ensuivit. En 1567, il mène l'enquête prescrite par le Souverain Pontife pour permettre à l'abbé du Thoronet, Jean Clausse, d'appeler de nouveaux habitants à Sainte-Maxime, territoire relevant de son abbaye. A la fin de cette même année, son père Honoré lui lègue par testament une maison et étable avec ses droits et appartenances sises à Fréjus, auprès du chapitre et jouxtant l'étable du chanoine Fenilis. En 1570, Jean Foulques se permet d’aliéner le fief de Beaudron, pourtant attaché à la fonction prévôtale comme celui de Claviers dont il arrente les droits seigneuriaux, mais ces transactions seront cassées après lui. Prieur de ces deux bénéfices, notre prévôt acquiert encore celui de Saint-Siméon, à Tourettes, en 1582. Plus ennuyeux, il semble que Jean Foulques ait conservé à son service comme esclave un Turc qui avait été baptisé, ce que ne manqua pas de dénoncer le conseil communal de Fréjus. Il aurait encore été père d’un enfant naturel plus tard légitimé et pourvu précisément de la seigneurie de Beaudron… Avec la quasi-totalité des chanoines (à l’exception notable de son neveu Guillaume Barbossy), le prévôt résolut de quitter la ville à la suite de l'émeute de 1588 et se retira avec le chapitre à Châteaudouble. Il résigne sa charge de prévôt dans les derniers jours de l'année 1592 et meurt le 5 janvier 1593 au château de la Garde, qui sera rasé deux ans plus tard dans les conflits qui déchiraient la région et le désastre de la famille de son frère Balthasar. Le prévôt fut enseveli le 11 janvier dans l'église de Montferrat, devant l'autel du Corpus Domini, accompagné par le clergé des environs et « plusieurs notables personnes ». Son compatriote, le chanoine théologal Maurice Segond, présida la cérémonie et « la prédication et oraison funèbre, disent les archives, fut honorablement faicte », une gageure peut-être ?