Logo2 v5

Célestin-Louis Chapeau (1874-1951)

Célestin-Louis Chapeau naît à Marseille le 27 août 1873, fils d’Adolphe-Fortuné Chapeau, menuisier en voitures, et de Baptistine-Marie Lehénaf. Au grand séminaire de Fréjus qui est alors autorisé à donner des grades, il est reçu bachelier en théologie. Ordonné sous-diacre pour le diocèse de Fréjus le 3 mars 1897, il est prêtre le 29 juin 1897. On le nomme d’abord au petit séminaire de Brignoles puis l’année suivante vicaire à Flayosc, où il s’occupe particulièrement des enfants. En 1902, il est vicaire à Lorgues. Avec son tempérament bouillant, il y affronte sans détours les anticléricaux, notamment lors de l’expulsion des religieuses quand il provoque l’hilarité générale en assénant un coup de poing sur le haut-de-forme d’un des représentants de l’Etat, qui lui descend jusqu’au menton… Transféré à La Valette le 1er décembre 1906, il est affecté toujours comme vicaire à Hyères le 11 novembre 1906. L’abbé Chapeau devient curé d’Entrecasteaux le 1er juin 1913, puis sera presqu’immédiatement muté à Cogolin dont il est curé du 1er septembre 1913 au 16 octobre 1937. C’est dans cette dernière paroisse qu’il donnera toute sa mesure, il y exerce ses talents de photographe (C’est un photographe, Théodore Devaugermé, qui avait été un des témoins lors de sa déclaration de naissance…), de poète (il a laissé de nombreuses poésies et une étude illustrée sur la presqu’île de Giens), mais surtout de pasteur entièrement donné à sa paroisse qu’il dote de façon magnifique. On le reconnaît comme intelligent, travailleur zélé et consciencieux et pieux. Le 16 octobre 1937, l’abbé Chapeau est nommé curé de Saint-Cyprien, à Toulon. La guerre qui éclate bientôt, durant laquelle il n’abandonne pas ses paroissien l’empêcha de donner tout son plein. Il sera néanmoins fait chanoine honoraire en 1942. Et surtout un accident malheureux survenu en 1945 ralentira sa vie sacerdotale jusque-là si pleine de vitalité. Messire Célestin-Louis Chapeau, malgré sa très forte constitution et en contraste avec les tendances de son caractère bouillant doit supporter le handicap ; il entre alors dans un long calvaire physique et moral, même s’il en accepte spirituellement les conséquences. C’est finalement une embolie qui l’emporte subitement à Toulon le 15 février 1951.