Logo2 v5

Famille Bonaud

Pierre et Jacques Bonaud v2La famille Bonaud est établie à Fréjus et en tient les premiers rangs au XVIème siècle. Sa présence autour du chapitre est un signe de son ascension : outre les quatre chanoines Pierre, Jacques, Honnoré et Gaspard, on voit un Antoine Bonaud, décédé en 1563, sous-sacristain de la cathédrale et également vicaire de Bagnols, c’est probablement lui (« Antoine Bonaud, de Fréjus ») qui fut maître d’école à Seillans en 1553-1554 ; puis Jean-Jacques Bonaud, prêtre bénéficier de la cathédrale décédé le 13 juin 1592 ; ou encore Honnoré Bonaud, docteur en théologie : parrain a plusieurs reprises (le 10 mai 1673, le 17 janvier 1682, le 11 février 1683, le 29 décembre 1692), il porte avec celui de prêtre bénéficier de l’église cathédrale, le titre de seigneur de Saint-Pons qu’il a hérité de Françoise de Gattus, qui a épousé en 1581 Pierre Bonaud, notaire royal et greffier de Fréjus ; cet Honnoré Bonaud, qualifié encore de "directeur de la dévotion de l'Enfant Jésus", meurt le 28 octobre 1697.

Les Bonaud sont alliés aux Camelin et aux Gaybier (famille de la mère de l'évêque Pierre Camelin) : Pierre Bonaud qui figure le 22 novembre 1579 comme parrain de baptême de Pierre Camelin, le futur évêque, est avocat au parlement d’Aix où désormais se poursuivra l’histoire familiale qui ne compte plus les jurisconsultes et magistrats à la cour des Comptes d’Aix. Cependant à Fréjus, Jean Bonaud, notaire royal, est encore premier consul de la ville en 1591.

Pierre Bonaud apparaît comme chanoine de Fréjus au milieu du XVIème siècle, en 1551. Il est né au début du siècle : ses parents Guillaume (fils de Frédéric et d’Honnorade Crotte) et Jeanne Richard se sont mariés le 22 octobre 1503. A Noël 1565 le fils de son frère Bernardin, Joseph de Bonaud, seigneur de la Bastide-Esclapon, l’institue légataire de ses biens avec son frère, en cas de décès de ses enfants : « en cas que tous deux décèdent, [seront héritiers universels] noble messire Pierre Bonaud aussi sieur de la Bastide d'Esclapon, chanoine de la cathédrale de Fréjus et François Bonaud mes oncles paternels à parts égales. » Le chanoine Pierre Bonaud apporte alors son aide à l’administration du diocèse au cours de la vacance de 1564-1566. Il est nommé vicaire général par le nouvel évêque Bertrand de Romans, le jour même où celui-ci fait prendre possession de son siège par son frère, Pierre d’Agout, le 20 octobre 1566 (il est à noter que leur frère Cyprien épousera une Honorade de Bonaud le 19 janvier 1568). Le chanoine Pierre Bonaud est attesté comme prieur de Puget, prébende attachée à la stalle de chanoine sacristain, de 1564 à 1571, année probable de sa mort, et laisse par testament son calice à cette église. Illustrant les liens familiaux qui se tissent autour du chapitre, on notera le mariage de la soeur du chanoine Pierre Bonaud, Anthorone, avec Paulet, le frère du chanoine Jean Gaybier.

Jacques Bonaud. Comme plus ancien des chanoines, on le voit occupé à récupérer en vain le droit de nommer à la stalle pourtant résignée en 1668 par Pierre Antelmi en faveur de son neveu Joseph. Lui-même occupe celle qui est attachée au prieuré de Figanières. Il meurt, probablement très âgé, à Fréjus, le 8 août 1679 et on l’enterre dans une des tombes canoniales du chœur de la cathédrale.

Honnoré Bonaud (ca 1660-1725). A ne pas confondre avec son homonyme, bénéficier mort en 1697, Honnoré Bonaud est chanoine de la cathédrale depuis 1676, il a alors une quinzaine d’années ! Il restera sous-diacre toute sa vie... Signature du chanoine Honnoré Bonaud (1703)On le voit être parrain d’Honnorade Bonaud, fille de Pierre et de Claire Ricard, le 24 juin 1680, ou de Gabrielle Attanoux, sœur des deux chanoines Attanoux, le 9 novembre 1700. Il assiste au mariage de Jean Villy et d’Angélique Alziary en 1703. Il meurt le 13 janvier 1725 et reçoit sa sépulture dans le chœur de la cathédrale.

Gaspard Bonaud (ca 1669-1729) est prêtre et chanoine. Il meurt le 17 août 1729 et est inhumé, lui aussi, dans une des tombes du chœur.