Logo2 v5

Jacques Juvenel (ou Jouvenel) des Ursins (30 novembre 1449 - résigne le 30 octobre 1452)


image001Armes : bandé de gueules et d'argent, au chef du second, chargé d'une rose de gueules, et soutenu d'une divise d'or, chargé d'une anguille ondoyante en fasce d'azur

Jacques Juvenel (ou Juvénal) des Ursins naquit à Paris le 14 octobre 1410, il était le septième fils de Jean Juvenel des Ursins, prévôt des marchands de Paris et de Michelle de Vitry.

image002

Bien que s’honorant des mêmes armes que la grande maison italienne des Orsini, dont elle prétendait descendre, la famille Juvenel des Ursins était originaire de la Champagne. En effet, Pierre Juvenel, drapier à Troyes en 1360, épousa une fille de Thibaut d'Assenay, vicomte de Troyes desquels naquit Jean Ier Juvenel, prévôt des marchands de Paris, qui eut seize enfants, dont Jean II Juvenel, qui fut archevêque de Reims, Guillaume Juvenel, qui devint chancelier de France, et notre Jacques Juvenel. Parvenue à la fortune, la famille crut rehausser sa noblesse récente par une prétendue parenté avec les Orsini et ajouta à son nom celui de des Ursins.
Jacques Juvenel étudie le droit (il obtiendra sa licence) et reçoit les ordres sacrés sans renoncer aux fonctions publiques auxquelles les implications familiales au service des Valois le prédestinaient : les Juvenel constituèrent un soutien fidèle à Charles VII, qui avait pu aussi compter sur son beau-frère René d'Anjou dans sa reconquête du pouvoir.
Premier pair de France, Jacques Juvenel succède comme avocat général à son frère Jean et prend part aux Etats d’Orléans en 1439. Chanoine de Paris il devient archidiacre de Notre-Dame en 1441, puis président à la Chambre des comptes (2 janvier 1444) et trésorier de la Sainte-Chapelle. Jacques Juvenel des Ursins, encore chanoine et archidiacre de Reims, en devint archevêque le 25 septembre 1444. Conseiller de Charles VII, il est commissaire royal auprès des Etats de Languedoc. En 1445 il assiste aux conférences de Chalons et s’acquitte de diverses missions en Angleterre en 1445, à Lyon, Gênes, Rome et en Savoie avec Jacques Cœur (1446-1448). En 1447, il préside à Lyon l’assemblée du clergé du royaume.
image003Le pape Nicolas V le nomme patriarche d’Antioche le 3 mars 1449 pour le récompenser de ses efforts en faveur de la paix de l’Eglise et notamment pour avoir obtenu l’abdication de l’antipape Félix V. Il se démet alors de l’archevêché de Reims en faveur de son frère aîné Jean II Juvenel et reçoit l’administration, le 5 novembre 1449, de l’évêché de Poitiers, et le 30 du même mois de celui de Fréjus (taxe payée à la Chambre apostolique le 20 décembre 1444), dignité qu'il échangea le 30 octobre 1452 avec Jacques Séguin contre celle de prieur de Saint-Martin-des-Champs à Paris, sans être jamais venu à Fréjus, s’étant contenté de faire administrer son diocèse par le vicaire général, Pierre Hémon.
En 1450, il est chargé d’une information sur le financier Xaincoings et préside l’assemblée du clergé à Chartres. Il défend Jacques Cœur lors de son procès.
Retiré à Poitiers dont son frère Jean est président du Parlement et où s’est établie une partie de sa famille, il y mourut le 12 mars 1457 et y fut enterré dans sa cathédrale, devant le grand autel.
Il avait fondé à Fréjus un anniversaire qui était célébré chaque 13 octobre.