Logo2 v5

Pierre Audibert (1801-1877)

Honoré-Hippolyte-Pierre Audibert nait au Broc (aujourd’hui dans les Alpes Maritimes, mais alors département du Var) le 27 messidor an IX (16 juillet 1801), fils de Jacques, propriétaire audit lieu, et de Marie-Anne Maurcin, originaire de Barcelonnette. Pierre, après son ordination servira comme aumônier de la Marine. De 1846 à 1855, il embarque sur l’Inflexible, vaisseau à trois ponts, de 120 canons lancé en 1840. C’est durant ce service que l’abbé Pierre Audibert sera fait chevalier de la Légion d’honneur (décret du 19 décembre 1847) et recevra de Mgr Wicart le titre de chanoine honoraire de Fréjus, en 1853 et à son issue qu’il sera nommé chanoine de Saint-Denis, le 2 mai 1855. Il n’apparaîtra plus désormais à Fréjus que comme chanoine « non résidant ». Le chapitre tour à tour impérial, royal et national de Saint-Denis avait été conçu par Napoléon Ier pour veiller sur la nécropole devenue impériale, composé d’évêques contraints de démissionner pour raison de santé ou de prélats qu’une sage politique pouvait engager à écarter de leur siège… Ce projet fut réalisé sous la Restauration et la Monarchie de juillet. Il comprenait des chanoines des deux ordres : des évêques au nombre maximal de douze (non compris le primicier) et des ecclésiastiques du second ordre choisi parmi les vicaires généraux, chanoines, curés de 1ère classe, aumôniers des armées ou des établissements publics et parmi les ecclésiastiques s’étant particulièrement signalés. On ne s’était pas embarrassé de l’avis du Saint-Siège pour créer ce chapitre que Grégoire XVI continuait de considérer comme « une réunion d’ecclésiastiques distingués ». Pie IX lui donna une existence canonique par les brefs Qui supremi principes et Consueverunt Praedecessores Nostri, du 31 mars 1857. Ce qui permit au chanoine Audibert d’assister à la cérémonie d’érection canonique en la basilique royale, le 1er décembre 1858. Au chapitre de Saint-Denis, le chanoine Audibert aura été l’agent de Mgr de Ségur dont la nomination en 1856 avait soulevé quelques oppositions, aux relents de gallicanisme. Tenu de résider à Saint-Denis, c’est pour des raisons de santé qu’il obtiendra un congé en Provence, au moins à partir de 1872. Il meurt à Grasse le 22 juin 1877.

Prochaine réunion du chapitre

 mardi 3 octobre 2017

17h30 Vêpres
à la cathédrale

18h Messe pontificale

19h réunion du chapitre

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon