Logo2 v5

Un homme nommé Joseph

Un homme nommé Joseph

Le mystérieux personnage de saint Joseph est d’une discrétion absolue dans les Évangiles. C’est cette sainteté du silence et de la « pudeur » que scrute Mgr Rey, au fil des dix-sept méditations, délivrées à l’occasion de ses pèlerinages à Cotignac où le « gardien de la Sainte Famille, chaste époux de la Vierge, père adoptif de l’Enfant-Jésus » apparut en 1660 à un jeune berger, Gaspard Ricard. Au fil des pages sont ainsi abordées les questions de la paternité, de la virilité mais aussi de l’obéissance et de la transmission. Dans ce livre paru en juin 2018, l’évêque propose des pistes aux pères, grands-pères et éducateurs, mais aussi des clés spirituelles aux jeunes qui se préparent au mariage et sont appelés à fonder une famille.

Les dernières promotions

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2017

Le mercredi 26 avril 2017, Mgr Rey a installé deux nouveaux chanoines honoraires qui ont reçu à cette occasion les insignes de leur nouvelle fonction dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.        

Lire la suite

 

2016

Le 19 mars 2016, Mgr Rey a nommé cinq nouveaux chanoines, trois chanoines titulaires et deux honoraires, qui furent installés le 23 juin suivant dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.            

Lire la suite

Les publications

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2d

 

Morale, histoire, théologie, spiritualité, les chanoines continuent d’apporter leur contribution à la vie du diocèse également par leur recherche et leurs travaux intellectuels.

On trouvera dans cette rubrique quelques références aux publications qui ont vu le jour ces dernières années, même si la liste n’est pas exhaustive.

 

Voir la liste

Edmond Marbot (1843-1931)

Edmond-Pierre-Louis Marbot naît en Guadeloupe en 1843. A 18 ans, il quitte son île natale et sa famille pour partir en France et rentrer dans les ordres. En 1863, il arrive à Paris et visite la Normandie et la Bretagne. Il est ordonné prêtre en janvier 1866 et devient chanoine et chancelier de l'évêque de Nevers Mgr Forcade en 1872, d’où il suit les évènements de la guerre de 1870 et ceux de la Commune. En aout 1873, il suit Mgr Forcade qui a été nommé archevêque d'Aix et devient Vicaire général de cette ville en septembre 1874 : « Je suis à Aix. Aujourd'hui même, ce matin à 8h, j'ai jeté l'ancre, c'est bien le cas de le dire, car il me faut m'attacher, m'ancrer ici par vertu pour me donner le temps de connaitre, d'apprécier et de m'attacher par sentiment. La sympathie qui m'accueille, ce ciel bleu qui me parle des Antilles, ce soleil qui resplendit comme le mien, comme celui de mon enfance, les bouffées d'air salin qui m'arrivent de la mer, tout cela est bien fait pour m'habituer facilement à la Provence…. ». Il commence à publier les textes de ses allocutions chez Achille Makaire et devient membre de la Maitrise Métropolitaine d'Aix pour laquelle il écrira plusieurs discours. A partir de 1880 il assiste aux expulsions de religieux par la force publique et vit la montée de l’anticléricalisme qui l’engage à participer à des manifestations antirépublicaines à Arles en 1882. En 1883, il donne des « conférences populaires » à Marseille pour combattre les idées socialistes. En juillet 1884 une épidémie de cholera frappe la ville d’Aix ; l’année suivante, Mgr Forcade en est atteint et meurt le 16 septembre 1885, le chanoine  Marbot écrit : « je perdais mon second père, d'un seul coup se renversait toute ma vie, tout mon passé tombait ! Aix retrouvera un pasteur, un archevêque. Moi je ne retrouverai jamais mon pauvre père… » Il est élu vicaire capitulaire mais démissionne de cette fonction le 2 novembre 1885.

Le 1er octobre 1886, il est nommé chapelain de Notre Dame de la Seds par le nouvel archevêque Mgr Gouthe-Soulard qui le confirme dans ses fonctions de directeur de la maitrise métropolitaine et de l'œuvre de la Sainte Famille. Le 31 mai 1887 il devient membre de l'Académie d'Aix.

L'essentiel de son activité se partagera jusqu'à la fin de sa vie entre la prédication, la publication de nombreuses plaquettes reprenant ses allocutions et de ses essais sur l'histoire de la ville. Jusqu'au bout il affirmera ses opinions antirépublicaines sans détours : « Il se passe aujourd'hui (12 novembre 1911) une horreur à Aix : on y inaugure la statue de Zola … que les loges maçonniques, ont imposée à la ville grâce à la complicité des pouvoirs publics. A peu d'exception prés les aixois sont indignés. » Il meurt le 9 août 1931, avec les titres de chanoine honoraire d’Aix, de Nevers, de Gap, d'Avignon, de Valence, de Fréjus, de Nîmes, de Montpellier et de Digne, ancien vicaire général d’Aix et de la Martinique… un record !

Prochaine réunion du chapitre

 mercredi 3 octobre 2018

17h00 rencontre à la sacristie

17h30 Vêpres à la cathédrale

18h00 Messe pontificale

suivie de la session du chapitre

 

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon