Logo2 v5

Joseph-Ephrem-Jean-Marie Pascal  (1755-1845)

Né à Saint-Lions le 9 février 1755, baptisé le 11, il est le fils d’Antoine Pascal et d’Anne Paul. Il commença ses études sous la férule d’un prêtre distingué dont il aimait à se rappeler le souvenir. Il gagna ensuite le collège de Draguignan et termina sa formation à Marseille.

Il est ordonné prêtre par Mgr de Beauvais, évêque de Senez, et nommé vicaire à St-Auban ; de là il desservait aussi la succursale des Lattes. Il fut ensuite nommé supérieur d’une maison d’éducation à Barrême lorsqu’un différend qu’il eut avec Mgr de Castellane-Adhémar, le nouvel évêque de Senez, le ramena au sein de sa famille. Il passa alors au diocèse de Toulon où l’attirèrent des amis qui tenaient un rang distingué dans le chapitre de la cathédrale. Messire Minuty, prieur de Carnoules était très lié avec Messire Louis-Victor Delort, prieur de Clumanc, et s’ouvrit à lui de son désir de trouver un second fidèle et pieux, ce fut Messire Delort qui lui indiqua le jeune abbé Pascal. C’est ainsi qu’il fut donné comme collaborateur à Messire Minuty, dont il devint l’ami et l’inséparable compagnon. Lorsqu’éclata la Révolution, après avoir refusé le serment schismatique en expliquant aux fidèles réunis le motif de son refus, il fut, comme son curé, obligé de quitter la paroisse. Il vécut d’abord quelques mois dans sa famille puis dut émigrer en Italie avec Messire Minuty et deux chanoines de Toulon, Messires Dalmas et de Combaud. Il en parcourut les principales villes et se fixa à Pise, d’où il entretint une correspondance suivie tant avec Mgr de Castellane, évêque de Toulon, qu’avec Mgr de Bonneval, évêque de Senez, dont il était comme l’interprète auprès des fidèles de leurs diocèses. Il revint à Carnoules, un peu avant le Concordat, en 1801, muni des pleins pouvoirs de l’évêque de Toulon. A Mgr de Cicé, archevêque d’Aix, qui lui demandait : « Que voulez-vous donc aller y faire ? », l’abbé Pascal répondit : « Y prêcher le pardon des offenses. » Messire Minuty le voulut encore avec lui quand il fut nommé curé de la Roquebrussane. Il administra ensuite la paroisse de Tourves à partir de 1805. Revenu, sur sa demande, à Carnoules en 1807, il ne quitta plus cette paroisse malgré l’offre qu’on lui fit plusieurs fois de postes élevés comme la cure de St-Maximin. La paroisse de Carnoules, si bien tenue, s’honora parmi toutes celles du diocèse lors du jubilé de 1823 en venant presque en totalité chercher auprès de son curé la grâce de la réconciliation. Mgr Michel qui savait si bien reconnaître le mérite et récompenser la vertu, le nomma chanoine honoraire de Fréjus en 1842. Il eut trois neveux prêtres et c’est entre les bras de deux d’entre eux qu’il mourut saintement le 19 juillet 1845, dont l’un est mort chanoine vicaire général de Digne et le plus jeune, qui lui donna la dernière absolution, était vicaire à Carnoules et lui succéda. Le deuil fut général et ses obsèques magnifiques ; la dévotion qu’on lui portait fut telle qu’on se précipita sur son corps avant l’ensevelissement et chacun voulant obtenir une relique, la foule mit en lambeaux son camail et son rochet.

Prochaine réunion du chapitre

 mardi 3 octobre 2017

17h30 Vêpres
à la cathédrale

18h Messe pontificale

19h réunion du chapitre

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon