Logo2 v5

Un homme nommé Joseph

Un homme nommé Joseph

Le mystérieux personnage de saint Joseph est d’une discrétion absolue dans les Évangiles. C’est cette sainteté du silence et de la « pudeur » que scrute Mgr Rey, au fil des dix-sept méditations, délivrées à l’occasion de ses pèlerinages à Cotignac où le « gardien de la Sainte Famille, chaste époux de la Vierge, père adoptif de l’Enfant-Jésus » apparut en 1660 à un jeune berger, Gaspard Ricard. Sont ainsi abordées les questions de la paternité, de la virilité mais aussi de l’obéissance et de la transmission. Dans ce livre paru en juin 2018, l’évêque propose des pistes aux pères, grands-pères et éducateurs, mais aussi des clés spirituelles aux jeunes qui se préparent au mariage et sont appelés à fonder une famille.

Les dernières promotions

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2017

Le mercredi 26 avril 2017, Mgr Rey a installé deux nouveaux chanoines honoraires qui ont reçu à cette occasion les insignes de leur nouvelle fonction dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.        

Lire la suite

 

2016

Le 19 mars 2016, Mgr Rey a nommé cinq nouveaux chanoines, trois chanoines titulaires et deux honoraires, qui furent installés le 23 juin suivant dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.            

Lire la suite

Les publications

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2d

 

Morale, histoire, théologie, spiritualité, les chanoines continuent d’apporter leur contribution à la vie du diocèse également par leur recherche et leurs travaux intellectuels.

On trouvera dans cette rubrique quelques références aux publications qui ont vu le jour ces dernières années, même si la liste n’est pas exhaustive.

 

Voir la liste

Antoine Pascal (1754-1842)

Antoine Pascal naît à Cannes le 26 mars 1754, fils de Blaise Pascal (sic) et de Jeanne Tombarel. Au commencement de mars 1783, il parait comme vicaire à Cannes et il y demeura tout le temps de la Révolution. A la réouverture des églises, il fut maintenu dans son ministère et devint curé. Pendant les années révolutionnaires et sous l’Empire, la ville vit passer presque toutes les troupes qui se rendaient en Italie. Faisant partie des autorités chargées d’accueillir un jour le général André Masséna, l’abbé Pascal eut l’occasion de lui rappeler de vieux souvenirs : alors qu’il était vicaire à Antibes en 1789, le jeune sous-officier sur le point de quitter soin régiment était venu lui demander d’intervenir auprès d’un chirurgien de la ville, M Lamare, qui refusait d’accorder la main de sa fille à ce jeune homme sans avenir, et son intervention fut décisive pour le consentement qui fut enfin donné. En entendant cela, le général prit affectueusement les mains de l’abbé Pascal et lui dit : « Monsieur le curé, vous me parlez du plus beau temps de ma vie ! »

Au premier passage de l’infortuné Pie VII, conduit à Savone, l’abbé Pascal, alors cloué au lit par une indisposition, envoya son vicaire, l’abbé Gauthier pour le représenter mais celui-ci n’osa s’exécuter pour ne pas se compromettre avec le pape, alors prisonnier. L’ayant appris, l’abbé Pascal réprimanda son vicaire et lui commanda de rejoindre les fidèles admis à baiser les pieds du pape à l’hôtel Pinchinat afin de demander pour lui la bénédiction apostolique, le vicaire arriva trop tard et dut courir pour rejoindre la voiture qui s’arrêta à l’endroit de la marine, en face du presbytère, d’où le pape lui accorda sa bénédiction.

Il fut nommé chanoine honoraire en 1827.

Le chanoine Pascal mourut à Cannes le 20 mai 1842.

Prochaine réunion du chapitre

 mercredi 3 octobre 2018

17h00 rencontre à la sacristie

17h30 Vêpres à la cathédrale

avec réception du chanoine Charles Mallard

18h00 Messe pontificale

suivie de la session du chapitre

 

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon