Logo2 v5

RIP

 

Le chanoine Louis Porte s’est endormi dans la paix du Seigneur le 27 août 2021 au matin, avec l’évangile du jour « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour, ni l’heure », à l'âge de 95 ans. Après avoir consacré la première partie de sa vie sacerdotale de plus de 72 ans au service des vocations, il a assumé la responsabilité de deux importantes paroisses du diocèse : celle de Draguignan et celle du Mourillon, à Toulon, il a exercé encore de nombreuses responsabilités diocésaines et n’a cessé d’accompagner spirituellement groupes et individus dans une disponibilité totale, jusqu’au bout (lire sa notice dans la liste des chanoines). Agrégé au chapitre cathédral par Mgr Madec le 1er février 1985, installé le 20 décembre suivant, il en devint le doyen en 2005. Professeur d’histoire au Petit séminaire, archiviste diocésain pendant de longues années, il fut le témoin actif d’une période mouvementée et passionnante de l’histoire de l’Eglise et s’en fit l’écho dans sa dimension diocésaine à travers deux ouvrages de souvenirs et de témoignages parus en 2017 et 2019. Ses funérailles ont été célébrées dans la basilique de Saint-Maximin, le mardi 31 août. Il repose parmi les siens au cimetière de sa ville natale.

portus

 

Les dernières promotions

sacramentaire du chapitre de Fréjus r

2018

Le mercredi 3 octobre 2018, en la fête de saint Cyprien, Mgr Rey a installé le chanoine Charles Mallard à la cathédrale Notre-Dame de la Seds.

Lire la suite

2017

Le mercredi 26 avril 2017, Mgr Rey a installé deux nouveaux chanoines honoraires qui ont reçu à cette occasion les insignes de leur nouvelle fonction dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.        

Lire la suite

2016

Le 19 mars 2016, Mgr Rey a nommé cinq nouveaux chanoines, trois chanoines titulaires et deux honoraires, qui furent installés le 23 juin suivant dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.            

Lire la suite

Les publications

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2d

 

Morale, histoire, théologie, spiritualité, les chanoines continuent d’apporter leur contribution à la vie du diocèse également par leur recherche et leurs travaux intellectuels.

On trouvera dans cette rubrique quelques références aux publications qui ont vu le jour ces dernières années, même si la liste n’est pas exhaustive.

 

Voir la liste

Liste fragmentaire des chanoines-sacristains

1119 GUILLAUME, il cosigne en 1119 un règlement des taxes sur les églises desservies par Saint-Victor entre l'évêque Bérenger et l'abbaye marseillaise. Est-ce le même chanoine Guillaume Bonfils qui apparaît encore dans une charte du cartulaire de Lérins le 7 novembre 1129 ?

ca 1176 GAUCELME

1197 GUILLAUME, il souscrit à la la confirmation de la donation de 1170 faite par l'évêque Guillaume de Pontis aux chartreux de la Verne en 1197.

ca 1206 A.ADELARDI. C'est encore lui qui est probablement désigné par son initiale dans une charte du cartulaire de Lérins en 1224.

ca 1274-1295 BERANGER DE FIGANIERES, il est déjà sacristain quand il est collecteur des décimes en 1274. Il meurt fin 1294 ou début 1295 puisque son successeur est autorisé à occuper sa stalle vacante post obitum par bulle du 20 février 1295.

1295-1302 GUILLAUME AGARNI, procureur de l’évêque auprès du Saint-Siège, autorisé à cumuler ce bénéfice avec ceux de chanoine d'Arras et de Cavaillon. Il appuie la candidature de Jacques Duèze en 1300. En échange de la prévôté d'Aix tenue par l'oncle de son successeur, il s'engage à cèder sa stalle par acte du 9 décembre 1302, ce qui ne se réalisera qu'en 1316.

1316- HUGUES DE COLLOBRIERES, occupe cette stalle depuis 1316. Mort en 1330.

1318-1330 GUILLAUME DU BOSC, il deviendra prévôt en 1330. Mort en 1347. Réside en Avignon.

1330-1343 JEAN DE PEREIRO (alias PERIER).

1366. BARTHELEMY DE FORTIS.

1423 FRANCOIS DE THOMAS : le 1er mai de cette année, il est témoin du partage du territoire de Puget-sur-Argens ordonné par l'évêque Jean Bélard.

ca 1425-1427 ARNAUD FANGUATORIS. Il assiste au serment de fidélité prêté à l'évêque par les habitants de Fréjus le 20 octobre 1425 et par ceux de Puget le 31 octobre 1425. Il co-signe encore les nouveaux statuts capitulaires en 1427.

ca 1507-1545 MARC DE CAPRILIS. Il est chargé de recevoir les aumônes des indulgences romaines.

1545-1563 JEAN DE GLANDEVES. Clerc du diocèse d’Aix, il est élu chanoine sacristain en 1545, visiblement en concurrence avec le suivant. Il se retire en 1563 avec une pension réservée sur la prébende du sacriste.

1549-1563 PIERRE BOISSON. attesté depuis 1549, il meurt le 12 juin 1563.

1563- BONIFACE BOISSON. Il prend possession de la stalle de sacristain de Fréjus en 1563, probablement suite à la résignation du précédent.

PIERRE BONAUD. Chanoine de 1521 à 1571, il est attesté comme prieur de Puget à partir de 1564. A ce titre, il occupe très probablement la stalle de chanoine sacristain.

1601- GUILLAUME AUGERY, résigne sa stalle en 1601 à Nicolas Antelmi, pour prendre celle de chanoine-sacristain, il sera pourvu du prieuré de Spéluque, à Montfort, de 1620 à 1626.

ca 1611-1637 CHARLES GAUTIER official, vicaire général, il est ensuite attesté comme chanoine sacristain en 1611 jusqu'en 1637 où le chapitre essaie de l'imposer comme prévôt contre Arthur de Castellane.

ca 1650-1679 ANTOINE MAILLE. Déjà chanoine sacristain en 1650 lors de l'invention de l'"Aphrodite de Fréjus" qu'il acheta. Il est vicaire général et official du diocèse. Il meurt le 14 janvier 1679.

1695 PIERRE DE ROBION

ca 1708-1748 ANTOINE DE ROBION, déjà désigné comme « sacristain » dans un acte du 20 avril 1710, il est précisé « chanoine-sacristain » le  21 avril 1717, il est abbé de Clausonne dans les années 20 ou 30 jusqu’au 13 mai 1347. Il meurt à Fréjus le 31 décembre 1748.

ca 1750-1786 LOUIS DE SUFFRET, né le 5 avril 1716, mort le 22 janvier 1786.

1786-1790 JEAN-BAPTISTE QUINEL. Déjà vicaire général, il obtient cette stalle à la mort de messire Louis de Suffret.

MARC-ANTOINE ALBIN, né le 4 avril 1726. Il obtient un canonicat en 1752. Il est aussi prieur de Saint-Vincent à Trans et recteur de Saint-Louis à Saint-Raphaël. Il brigue la stalle de chanoine sacristain dans un conflit qui l'oppose au neveu de l’évêque Ferdinand de Bausset, et obtient un jugement en sa faveur ... un mois après que l’Assemblée nationale ait mis les biens du clergé à la disposition de la nation ! Il meurt le 21 mai 1809.