Logo2 v5

RIP

 

Le chanoine Louis Porte s’est endormi dans la paix du Seigneur le 27 août 2021 au matin, avec l’évangile du jour « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour, ni l’heure », à l'âge de 95 ans. Après avoir consacré la première partie de sa vie sacerdotale de plus de 72 ans au service des vocations, il a assumé la responsabilité de deux importantes paroisses du diocèse : celle de Draguignan et celle du Mourillon, à Toulon, il a exercé encore de nombreuses responsabilités diocésaines et n’a cessé d’accompagner spirituellement groupes et individus dans une disponibilité totale, jusqu’au bout (lire sa notice dans la liste des chanoines). Agrégé au chapitre cathédral par Mgr Madec le 1er février 1985, installé le 20 décembre suivant, il en devint le doyen en 2005. Professeur d’histoire au Petit séminaire, archiviste diocésain pendant de longues années, il fut le témoin actif d’une période mouvementée et passionnante de l’histoire de l’Eglise et s’en fit l’écho dans sa dimension diocésaine à travers deux ouvrages de souvenirs et de témoignages parus en 2017 et 2019. Ses funérailles ont été célébrées dans la basilique de Saint-Maximin, le mardi 31 août. Il repose parmi les siens au cimetière de sa ville natale.

portus

 

Les dernières promotions

sacramentaire du chapitre de Fréjus r

2018

Le mercredi 3 octobre 2018, en la fête de saint Cyprien, Mgr Rey a installé le chanoine Charles Mallard à la cathédrale Notre-Dame de la Seds.

Lire la suite

2017

Le mercredi 26 avril 2017, Mgr Rey a installé deux nouveaux chanoines honoraires qui ont reçu à cette occasion les insignes de leur nouvelle fonction dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.        

Lire la suite

2016

Le 19 mars 2016, Mgr Rey a nommé cinq nouveaux chanoines, trois chanoines titulaires et deux honoraires, qui furent installés le 23 juin suivant dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.            

Lire la suite

Les publications

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2d

 

Morale, histoire, théologie, spiritualité, les chanoines continuent d’apporter leur contribution à la vie du diocèse également par leur recherche et leurs travaux intellectuels.

On trouvera dans cette rubrique quelques références aux publications qui ont vu le jour ces dernières années, même si la liste n’est pas exhaustive.

 

Voir la liste

Mgr Honoré Halle (1854-1934), chanoine d’honneur

Armes d'Honore HalleHonoré-Paul-Emile Halle naît le 28 février 1854 à Sète, fils d’Honoré Halle, négociant âgé de 47 ans, et de Marie-Suzanne Panayoty. Il entre au Séminaire français de Rome en 1876 et reçoit l’ordination sacerdotale dans la Ville éternelle, pour le service du diocèse de Montpellier le 22 mai 1880. En 1897 il est curé de Saint-Alexandre à Bédarieux, il est aussi membre de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier. Le cardinal de Cabrières, évêque de Montpellier, le nomme chanoine titulaire et, en 1912, archiprêtre de la cathédrale Saint-Pierre. Quatre ans plus tard, le 5 juin 1916, le pape le promeut évêque auxiliaire du cardinal de Cabrières avec le titre d’évêque de Pergame : il est sacré dans la cathédrale de Montpellier le 25 juillet suivant. Proche de Mgr Mignot, Mgr Halle prononce son oraison funèbre lors des funérailles de l’archevêque en mars 1918 dans la cathédrale d’Albi devant l’archevêque de Toulouse, dix autres évêques ou archevêques et 300 prêtres. A la mort du regretté cardinal de Cabrières, le 21 décembre 1921, Mgr Halle perd son statut d’auxiliaire mais est élu vicaire capitulaire par le chapitre. Contrairement à l’attente de beaucoup, il n’est pas choisi pour lui succéder : Pie XII (ou plutôt le nonce, Mgr Maglione) lui préfère l’inattendu chanoine vendéen René Mignen, préconisé le 3 août 1922. Quelques jours plus tôt, le 23 juin précisément, avait été octroyé à Mgr Halle le titre d’archevêque in partibus de Cabasa. En 1928, Mgr Simeone lui donne le titre de chanoine d’honneur de Fréjus. Mgr Halle meurt le 30 août 1934 à Lamalou-les-Bains ; ses obsèques furent célébrées le lundi 3 septembre par l’archevêque d’Avignon, Mgr de Llobet assisté de l’archevêque de Rennes et des évêques de Montpellier, Carcassonne, Nîmes, Mende et Rodez. Après un long et imposant cortège à travers les principales artères de la ville, l’inhumation a eu lieu dans la crypte de la cathédrale Saint-Pierre de Montpellier.