Logo2 v5

Famille Néron (alias Néronis)

En février 1536, meurt l’archidiacre Bertrand Néron. Né vers 1460, il apparait comme un des proches collaborateurs de l’évêque Nicolas Fieschi puisqu’on le voit être le témoin d’une vente, le 13 janvier 1496, en qualité d’official et juge pour tout le diocèse de Fréjus. Il n’est pas encore chanoine de Fréjus à l’époque, mais « chanoine et préchantre d’Agde ». Cette curiosité s’explique aisément quand on sait que Nicolas Fieschi, ayant du renoncer un temps à l’évêché de Fréjus, avait été transféré à celui d’Agde entre 1488 et 1494. On retrouve Bertrand Néron en 1506, prieur de Notre-Dame de Spéluque, à Ampus, et bien « archidiacre de Fréjus » à la fin de l’année, quand il assiste à un acte de peuplement conclu entre Dom Raynier Lascaris, moine de Lérins, prieur et seigneur de Vallauris avec les nouveaux habitants, le 2 octobre de cette année. Régulièrement présent aux divers actes qui jalonnent la vie du diocèse, le chanoine Bertrand Néron apparait encore dans la transaction entre le cardinal Franciotto Orsini, le chapitre et la communauté de Fréjus pour mettre fin à un différend qui dure depuis Nicolas Fieschi au sujet des droits seigneuriaux, le 14 septembre 1526, moins de dix ans avant sa mort. Le cadastre de 1518 nous précise que sa maison était située à Fréjus « en carriero Drecho ».

De la même famille probablement grassoise, est attesté un Philippe Néron, chanoine de Fréjus et prieur de Notre-Dame d’Embrian & Saint-Cassien, à Tanneron. Un Etienne Néron, « clerc de Grasse » lui succède à ce poste en 1532, que remplacera ensuite un Barthélémy Néron*, chanoine de Grasse (1557-1564). Il est probable que le chanoine Philippe Néron ait du sa stalle de Fréjus à la résignation de son parent, vers 1530.

* à ne pas confondre avec Barthélémy Néron, coseigneur de Bagnols dans les années 1540-1560.