Logo2 v5

Jean de Pereiro (12  -1343)

Johannes de Pereiro (Jean Dupérier) était membre de l’administration pontificale sous Benoît XII, tout en bénéficiant d’une prébende canoniale à Fréjus. Particulièrement sollicité sur le terrain italien, le chanoine de Pereiro est présent en octobre 1338 en Toscane et à Gênes avec le titre de nonce apostolique. C’est sur ces mêmes territoires qu’on le retrouve l’année suivante comme auditeur dans plusieurs procès d’hérésie. En 1340 Jean de Pereiro est nommé collecteur de la Chambre apostolique in partibus Tusciae, la région de Viterbe où sera bientôt nommé vice-recteur Pierre du Pin, futur évêque de Fréjus. En 1341 la présence de Jean de Pereiro est attestée dans une médiation entre la compagnie florentine des Azayali et le recteur de la Marche au sujet d’un paiement de 2000 florins dû à la Chambre apostolique. Mais c’est surtout dans le cadre de l’enquête mise en place par Benoît XII sur la région méridionale de la Marche  d’Ancône que le chanoine a laissé sa marque dans l’histoire. Quelques années plus tôt, c’est un autre chanoine de Fréjus, son contemporain Jean de Amelio, qui y travaillait à la pacification. Homme de confiance en matière financière et politique, Jean de Pereiro va parcourir en qualité de légat pontifical le territoire qui lui est désigné, entre le 1er et le 18 juin 1341 : de Camerino à Macerata, en passant par San Severino, Cingoli, Ancône, Osimo et Recanati, accompagné de ses notaires, il interroge et recueille avec méthode des informations destinées à mieux percevoir l’état de la province et réconcilier les rebelles à l’autorité du Siège apostolique. Cette vaste enquête lui permet de fournir au pape une Informatio super statu provincie Marchie Anconitane qui demeure un document exceptionnel pour la connaissance de l’Italie méridionale au milieu du XIVème siècle. Benoît XII meurt à la fin de l’année suivante mais son successeur, Clément VI sollicitera encore Jean de Pereiro en 1343 pour faire rentrer les produits des collectes de Tuscie et de Sicile. Il est probable que le chanoine n’ait pu mener sa mission à terme puisqu’il meurt entre le 5 et le 11 septembre 1343.