Logo2 v5

Famille Tassy

Charles Tassy (15 -1665).

Né à la fin du XVIème siècle, Charles Tassy fut pourvu d’une stalle au chapitre de Fréjus vers 1620 et l’occupa pendant quarante-cinq ans ! Il y exerça au bout de quelques années la charge de préceptorial, étant le deuxième titulaire connu de cette fonction qu’il assuma jusqu’à sa mort. A ce titre, on le voit s’engager pour lui et ses successeurs à donner 60 livres par an pour l’entretien d’un maître d’école à qui il doit fournir le local. Muni des sacrements, « homme de vénérable mémoire », il s’éteint à Fréjus le 24 juillet 1665 « après avoir mené une vie exemplaire durant quarante cinq ans qu’il a été chanoine », dit son acte mortuaire. Il fut inhumé dans la tombe du côté droit du chœur destinée au Chapitre. Antelmi précise que le chanoine Tassy fut « d’une vie irréprochable et d’une charité digne de tous les éloges (…). Ce vénérable prêtre léguait sa maison et tous ses biens au futur séminaire diocésain, à condition qu'il fut fondé dans cinq ans, sinon son héritage reviendrait aux pauvres et à l'hôpital de Fréjus. » Par cette donation, le projet de séminaire déjà évoqué par Mgr Barthélémy de Camelin allait pouvoir voir le jour, pensait Mgr Ondedei. Déjà, il avait obtenu par lettres patentes du roi en septembre 1664 l’autorisation de le créer et de le financer en taxant les bénéfices de son diocèse de 1000 écus par an. Ondedei fut d’abord débouté dans son intention de récupérer pour son propre neveu la stalle de Charles Tassy (cf infra), et vit ensuite un arrêt du Parlement en date du 30 janvier 1673 réduire de moitié les subsides qu’il attendait de son clergé qui ne l’entendait pas de cette oreille (ainsi diminuée, l’imposition fut acceptée par l’assemblée du clergé diocésain les 21 avril et 16 octobre 1674)! Mais l’évêque s’empressa au moins d’occuper la maison du chanoine défunt dès l’été 1665, en y installant des jeunes clercs dont il voulait confier la direction à une congrégation séculière : il avait déjà nommé deux chanoines pour seconder le supérieur dont il prendrait à sa charge l’entretien quand la mort vint le surprendre ; ce sera finalement son successeur, Mgr de Clermont-Tonnerre qui mènera l’entreprise à terme avec l’ouverture officielle du séminaire le 25 avril 1677.        

Jean-Baptiste Tassy (ca 1609-1699).

Charles Tassy avait un neveu, Jean-Baptiste, né vers 1609, auquel il avait résigné en mourant sa stalle et sa prébende de Séranon. Jean-Baptiste se trouva immédiatement en concurrence avec Joseph Camelin et surtout avec le neveu de l’évêque, Louis Ondedei. Jusque-là, ce dernier s’était vu refuser l’entrée au Chapitre par les chanoines qui tenaient tête à leur évêque quoi qu’on leur exhibât un brevet royal de 1658 ou un arrêt du Parlement de 1662 les mettant en demeure de le recevoir. A la mort de Charles Tassy, le conseil communal de Fréjus fit pression en faveur du neveu de l’évêque, mais Jean-Baptiste Tassy obtint une bulle pontificale qui lui permettait d’occuper légitimement le bénéfice de son oncle. Les consuls en appelèrent donc contre la bulle au Parlement d’Aix qui rendit son arrêt en donnant raison au chanoine Jean-Baptiste Tassy ; la question était de savoir si la fonction préceptoriale était susceptible de résignation en faveur ou si elle était à la collation du chapitre ou de l’évêque : le parlement trancha en statuant que la prébende qui lui était attachée étant capable de résignation, la charge ne pouvait en être détachée. Ses adversaires ne désarmant pas, Jean-Baptiste fut cependant débouté par un nouvel arrêt du Parlement de Provence, en date du 2 décembre 1669. L'affaire ayant alors été portée devant le Parlement de Paris, un jugement définitif en date du 11 janvier 1674 contraint le chanoine Tassy à laisser finalement la place à Messire Antoine Sarde qui se revendiquait des droits de l'abbé Ondedei. Le chanoine Jean-Baptiste Tassy obtint encore une stalle au chapitre de Toulon mais dut la résigner puisqu’à sa mort, à Toulon, le 8 décembre 1699, il est qualifié d’ « ancien chanoine ». Perpétuant la générosité de son oncle, il fit de l’Hôpital de la Charité de cette ville l’héritier de tous ses biens. Il fut enseveli dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds, le lendemain de sa mort.