Logo2 v5

Jean Rodulpheblason de la famille Rodulf de Limans

Jean Rodulphe (ou Rodulf), né vers 1440, professeur de théologie, prieur-décimateur du Cannet en 1462, devenu chanoine, occupa la stalle d’archidiacre au chapitre de Fréjus. Peut-être y succéda-t-il directement à Bernard de Candie qui devint prévôt en 1464 ? Durant la crise consécutive à l’élection d’Urbain Fieschi sur le siège de Fréjus, il reçut en avril 1476 de Pierre Alexandris, auditeur de la Légation d’Avignon et commissaire apostolique, les fonctions de vicaire général du diocèse, au nom du pape Sixte IV. L’un des premiers soins du vicaire général fut de faire visiter les paroisses et administrer le sacrement de confirmation : il sollicita pour cela l’évêque de Grasse, Isnard de Grasse. Le 18 décembre 1476, Jean Rodulphe se faisait présenter l’inventaire des archives et du mobilier de l’évêché par le clavaire Philippe Justi. En octobre 1477, l’archidiacre fut encore témoin de l'acte par lequel l'évêque, enfin venu dans sa ville, levait les dernières censures portées contre le clergé de Fréjus. Il ne semble pas que Jean Rodulphe ait été maintenu dans sa charge de vicaire général par Urbain Fieschi qui nommera à cette fonction Jean-Baptiste de Nigris, Alexandre de Regiis et son propre neveu Nicolas Fieschi.

L’abbé Dominique Robert de Briançon, dans son Etat de la Provence (1693), affirme que Jean Rodulphe était le quatrième fils de Pierre Rodulf dit le baron, sieur de Limans, conseiller et chambellan du roi René depuis 1441, gouverneur d’Hyères où il mourut en 1466, et de Polixène d’Albizzi. Le frère aîné de Jean, Louis, participa aux Etats de Provence en 1487 et, mort sans postérité, laissa le titre au second, Charles ; le troisième, Pierre, fut chevalier de Rhodes. Quatre sœurs furent mariées dans les familles de Villeneuve, Grasse et Damians.

blason des Rodulf seigneurs de NegreauxMais, en précisant que son « frère Claude, seigneur de Verdailles » avait reçu du roi René l’administration de la mense épiscopale après la nomination d’Urbain Fieschi, le chanoine Espitalier introduit un doute sur la famille de notre chanoine, qui ne compte a priori ni de Claude, ni de seigneur de Verdailles ; y aurait-il une confusion avec une autre famille Rodulf : l’Etat de Provence évoque un Claude Dubreuil, seigneur de Verdaches, au début du XVème siècle dont une descendante épouse Louis de Rodulf, seigneur de Verdaches. A l’époque des faits, c’est encore un Elzéar de Rodulf, syndic d’Aix, qui possède le titre.