Logo2 v5

Famille Rabiers

Rabiers de Chateauredon rPierre Rabiers de Châteauredon (ca 1623-1687), naît à Annot, au diocèse de Glandèves, vers l’an 1623, de Gaspard de Rabiers de Châteauredon et de Jeanne de Montblanc. Son père dont le bisaïeul avait été anobli par Louis III d’Anjou, était fils et petit-fils de capitaines pour le roi des villes de Castellane, Guillaume, Annot et du Val de Chanan ; il s’était illustré au service de son souverain dans les guerres de la Ligue et vit ses châteaux pillés et brûlés par les Huguenots.

Le frère aîné de Pierre, Balthasar, qui hérita des mêmes charges que ses ancêtres, fut le père de Sœur Marie de tous les Saints, religieuse capucine qui mourut à Marseille en 1731 en odeur de sainteté. Née en 1668 à Annot, elle s’y était consacrée, dans sa jeunesse, à l’enseignement des jeunes filles ainsi qu’aux pauvres et aux malades pour lesquels elle remit en état l’hôtel-Dieu de la bourgade, et obtint pour cela une pension de 100 livres en faveur de cet hôpital, octroyée par son oncle, Messire Pierre Rabiers de Chateauredon, chanoine de la cathédrale de Fréjus. Elle entra au noviciat de Marseille le 24 avril 1692, à l'âge de 24 ans et elle y décéda le 13 juin 1731 après avoir mené une vie très édifiante.

Pierre Rabiers de Chateauredon, son oncle, fut d’abord curé de Saint-Christophle-lez-Paris (quartier de la Villette ?) avant d’être chanoine de Fréjus. On le voit en compétition, en 1648, avec un François Gailhaud, d'Aix pour se maintenir en possession de son canonicat, ce qu'il obtient. Parmi les épisodes pittoresques que nous révèle la passion de l'époque pour les procédures judiciaires, on note la condamnation du chanoine Jean Rabier, alias de Rabiers, le 4 juin 1683, pour avoir fait main basse sur des "nadons" (agneaux) appartenant au fermier du chanoine Pierre de Camelin, avec défense de troubler celui-ci dans la jouissance de sa prébende de Comps. Le chanoine Pierre Rabiers vint fixer ses vieux jours à Annot, et c’est là qu’il put doter sa nièce dont il est dit qu’elle eut « la consolation de le voir mourir plein de jours et de mérites ». En effet, il y trépassa le 17 décembre 1687 « entre trois et quatre heures du matin », mais son acte de sépulture le dit « jadis chanoine de l’église cathédrale de Fréjus », ce qui signifie qu’il avait résigné sa stalle peu avant, peut-être au profit de Jean qui suit, qui avait à peine dépassé les vingt-cinq ans.

Jean Rabiers de ChateauredonJean Rabiers de Chateauredon (ca 1661-1724), est le neveu du chanoine Pierre de Rabiers et probablement bénéficiaire d’une résignation de sa part. Il nait vers 1661, fils de Balthasar (ca 1618-1688), viguier et capitaine pour le roi à Annot, et de Louise de Trabaud. Il est frère de Jacques et de Gaspard, sieurs de Châteauredon et du Plan-de-Gréolières, de Jeanne-Marie et d'Anne. Jean Rabiers est déjà chanoine de Fréjus à la mort de son père qui suit de peu celle de l'oncle chanoine. Lui-même meurt à Fréjus le 22 novembre 1724, « prêtre chanoine de l’église cathédrale de cette ville de Fréjus », il est inhumé dans un caveau du chœur de la cathédrale.