Logo2 v5

Guillaume Agarni († 1318)

Guillaume Agarni

Guillaume Agar (ou Agarni) est issu d’une vieille famille de Cavaillon. Il est fils de Guillaume, qualifié de jurisperitus dans un acte de 1273. Conseiller et familier de Charles II d’Anjou, il avait été dépêché au conclave de Pérouse entre mars et juillet 1294 pour y représenter les intérêts de son maître et sera son premier procureur connu en cour de Rome, entre 1296 et 1299. A ce titre, il est familier de Boniface VIII qui lui accorde, le 20 février 1295, une dispense pour cumuler avec ses bénéfices de Roquebrune au diocèse de Fréjus et ses canonicats d’Arras et de Cavaillon, la stalle de chanoine sacristain de Fréjus laissée vacante par la mort de Béranger de Figanières. Il sera encore détenteur de la prébende de Vallauris et, en 1297, deviendra chanoine d'Aix. Le 25 octobre 1298, Boniface VIII le promeut au siège épiscopal de Grasse, mais il ne recevra jamais la consécration et y renoncera officiellement quelques mois plus tard, le 15 juillet 1299. Lors de l'élection de 1300, à Fréjus, il avait été selon toute vraisemblance le principal relai de Charles II et soutien de Jacques Duèze au sein du chapitre. Il eut à faire le 18 septembre 1301 à un de ces nombreux calomniateurs encombrant les tribunaux de l'époque, et qui en fut quitte pour une amende pour outrage, qui prétendait qu'une dénomée Aycelina Cota "pluries ac pluribus videntibus se incluseret cum Domino sacrista quondam in camera ipsius sacriste claudendo ipsam cameram". Au chapitre d'Aix, Guillaume Agarni qui avait obtenu la dignité de sacriste le 1er octobre 1299 accède à la prévôté le 9 décembre 1302 par une transaction qui prévoit que son détenteur la lui abandonne à condition que Guillaume cède sa stalle de Fréjus à son neveu, Hugues de Collobrières. Guillaume Agarni cumulera encore cette nouvelle dignité avec la prévôté d’Apt. En 1310, il est sollicité par Clément V, dont il est aussi chapelain, pour siéger à la commission des Templiers mais se récuse. Il meurt le 15 juin 1318, prévôt à la fois d’Apt et d’Aix. Il eut un neveu du même nom qui fut curé de Draguignan en 1303.