Logo2 v5

Joseph Antoine Borme (1815-1901)

Confusion née d’une mauvaise lecture (5 avril au lieu de 5 août) ou entretenue par pudeur sur sa naissance, la lettre circulaire de Mgr Arnaud à l’occasion du décès du chanoine Borme le fait mourir le jour de son anniversaire, erreur reprise par la Semaine religieuse du 13 avril 1901 ? En effet Joseph-Antoine nait le 5 août 1815 et est déclaré le lendemain en mairie de Pignans sous ces deux prénoms, de père inconnu, par sa mère, Marie Mouttet. Ce n’est que le 2 septembre suivant que Pierre-Antoine Borme le reconnait comme son fils, avant d’épouser Marie-Félicité Mouttet à Pignans le 25 février suivant. Cette première blessure favorisa peut-être chez Joseph-Antoine sa propension à rechercher la solitude et l’intériorité qui marquera toute sa vie. Sa tante, Marie-Reine Borme avait, en 1812, donné naissance à un fils, Joseph-Louis, qui sera le père du chanoine Charles Martel.
Attiré d’abord par les missions lointaines, Joseph-Antoine se mit finalement au service du diocèse de Fréjus et, ordonné prêtre, commença son ministère sacerdotal en tant que vicaire à Roquebrune-sur-Argens. Très vite, il fut nommé à Draguignan où, comme vicaire pendant six ans, comme aumônier de l’Hospice pendant dix-neuf ans. C'est alors que Monseigneur Jordany lui demanda, en 1855, de publier l'histoire du sanctuaire de Notre-Dame des Anges de Pignans : il y travailla pendant sept ans et publia le fruit de ses recherches dans un voume édité chez Didier à Paris, intitulé "Le culte de Marie inauguré par les saints disciples du Sauveur à Pignans, en Provence, par un solitaire de la Montagne", dernier détail qui en dit long sur sa discrétion. Il fut encore aumônier des Dames du Bon-Pasteur pendant trois ans, toujours à Draguignan où il exerça une forte influence malgré son humilité. Tertiaire franciscain, il vécut dans une réelle pauvreté et y contribua de ses deniers à la fondation d’un ouvroir et d’un orphelinat. Enfin, après trente ans de sacerdoce, il fut nommé curé-archiprêtre de la cathédrale de Fréjus. La même année 1871, il était fait chanoine titulaire. Trente ans plus tard, il confiait à son vicaire qu’il avait jusque-là conservé les saintes ardeurs de ses premiers débuts : c’était au début du carême 1901, qu’il acheva au ciel. Trois dévotions alimentaient son zèle pastoral : l’adoration du Saint-Sacrement, le culte marial (avec sa tendresse particulière pour le pèlerinage de Notre-Dame des Anges, à Pignans), la méditation de la Passion de Notre Seigneur avec la pratique du Chemin de croix. Il assuma la charge de doyen du chapitre la dernière année de sa vie, à la mort du chanoine Joseph Michel en mars 1900. C’est au soir du Vendredi Saint, le 5 avril 1901, qu’il s’endormit dans le Seigneur, après avoir reçu la veille, des mains de Mgr Arnaud, le saint viatique. Ses funérailles furent célébrées le lundi de Pâques, présidées à Fréjus par l’évêque, et suivies de l’inhumation dans son village natal.