Logo2 v5

Edmond Blanc (1878-1947)

Edmond-Henri-Edouard Blanc, naît à Toulon le 22 septembre 1878, fils posthume de laurent Blanc, originaire de Thorame-Haute, et d’Amarilis Mieille, accoucheuse. Il sera enfant de chœur à l’église Sainte-Marie où l’abbé Rébuffat le repère et l’intègre à la Maîtrise qui devait bientôt devenir, par la volonté de Mgr Oury, « l’Œuvre Apostolique des Petits Clercs » de Montéty. Le jeune Edmond fait ensuite ses humanités à Brignoles et entre au grand séminaire de Fréjus où il se révèle un brillant élève et un séminariste exemplaire. Il est ordonné prêtre en 1902. L’abbé Blanc est d’abord envoyé comme professeur de 4ème au petit séminaire de Brignoles, jusqu’à l’expulsion consécutive aux lois anticléricales. Petit de taille, il avait pourtant un formidable ascendant sur la jeunesse. Lorsqu’il est nommé vicaire à Valbourdin au nord de Toulon, il fonde un patronage qui devient l’œuvre de jeunesse la plus vivante du diocèse, l’ « Etoile du Faron. » Après avoir servi comme sergent pendant la Guerre de 14, il retourne à son vicariat de Saint-Antoine-de-Padoue, puis est nommé successivement curé de Seillans, de Fayence puis d’Ollioules. Le dynamisme qu’il y déploie conduit à le nommer supérieur du petit séminaire où il restera cinq ans. Pressé de revenir au ministère paroissial, l’abbé Blanc reçoit alors la cure d’Hyères, à la mort de son archiprêtre, Mgr Truchi. Là encore il déploie une activité étonnante que la guerre viendra briser : les épreuves et par-dessus tout la destruction du sanctuaire Notre-Dame de Consolation feront de lui, jadis encore si jeune et si alerte, un vieillard. Il mourut le 15 février 1947. Il avait été promu chanoine honoraire de la cathédrale et occupa aussi la fonction d’official du diocèse.