Logo2 v5

Othon Fornari

Blason Othon FornariOthon Fornari appartenait à une importante famille génoise qui donnera de nombreux prélats à l’Eglise, et il bénéficia de l’ascension de l’un de ses cousins, Sinibaldo Fieschi, génois lui aussi, devenu évêque d’Albenga vers 1225, vice-chancelier de la Sainte Eglise Romaine puis cardinal en 1227. Faut-il voir déjà sa main dans la nomination d’Othon Fornari à la prévôté de Fréjus au départ de Fouques de Cailles en 1240, ou imaginer un prévôt intermédiaire avant l’accession de Sinibaldo Fieschi au siège de Pierre en 1243 sous le nom d’Innocent IV ? S’il est vrai qu’à partir de 1246 l’autorité pontificale s’impose systématiquement dans la collation des bénéfices majeurs en Provence, déjà le 11 mai 1244 Othon Fornari est détenteur de la prévôté de Fréjus (et d’un canonicat à Gap), quand Innocent IV commande à Henri de Suse, alors prévôt d’Antibes, de lui conférer d’autres bénéfices. Le 13 décembre 1246, Othon Fornari avertissait le pape que l’évêque de Fréjus ne pouvait plus suffire à sa charge : il s’agissait du vieil évêque Raymond Bérenger (1235-1248). Si d’aventure le prévôt avait nourri quelque ambition à cette occasion, sa disparition à peu près contemporaine de celle de l’évêque la rendit vaine. En effet, c’est la dernière trace que nous avons de lui : une nouvelle intervention d’Innocent IV placera pour lui succéder un chapelain pontifical, Guillaume Bardin, attesté à partir du 17 juin 1253.