Logo2 v5

Pierre de Clapiers (1407-1453)

Pierre de ClapiersPierre de Clapiers était né à Hyères vers 1407, fils de Jacques, seigneur de Turris, issu d’une famille qui avait déjà donné deux dignitaires à l’Eglise : Etienne de Clapiers, abbé de Saint-Victor de Marseille de 1348 à 1361 et Hugues de Clapiers, dixième prieur des Dominicains de Saint-Maximin de 1399 à 1411. Il est élu prévôt de Toulon le 25 janvier 1436 et reçut le 16 août la précentorie de Fréjus. Une bulle d’Eugène IV de Florence le 19 septembre de cette même année le faisait évêque de Toulon, à charge de verser à son prédécesseur, Jean de Combaud, un viager sur les revenus d’Ollioules. Il n’était alors que sous-diacre. C’était, malgré sa jeunesse, un homme de grand savoir, très affectionné au roi René mais à la nature ardente et batailleuse, ce qui lui compliqua quelque peu son épiscopat. Il reçut d’abord les ordres majeurs, puis la consécration épiscopale et, après des difficultés pour entrer en possession de ses revenus, entra en conflit avec son chapitre au sujet de la collation des canonicats et bénéficiatures : l’affaire fut portée devant le légat du pape mais l’évêque avait déjà mis quelques chanoines et bénéficiers « aux fers et aux ceps »… La médiation des consuls de la ville amena à un compromis. En 1447, une nouvelle revendication de Pierre Clapiers sur certain droit d’inquant aboutit à un nouvel accommodement le 16 juillet 1447. En 1452, une comparution d’un chapelain exigée par l’évêque à sa résidence d’Hyères et non au palais épiscopal mobilise encore la commune de Toulon qui y voit un abus contre les libertés, us, coutumes et privilèges de la ville et en appelle au légat d’Avignon et au Saint Siège apostolique ! L’affaire avait eu un retentissement public et ne lui favorisa pas la sympathie de la population. Le 6 mars 1449, il accueillit solennellement le roi René à Toulon qui, le 9 partit pour Hyères où il logea chez Jean de Clapiers, le frère de l’évêque. En 1452, sur l’ordre des consuls il eût à réparer l’évêché attenant à la cathédrale, qui menaçait ruine : l’éloignement des titulaires jusque-là n’avait pas permis un entretien suffisant. Il rédigea son testament le 8 novembre 1453, signé à Rome et mourut peu après. Il était en tout cas décédé avant le 17 janvier 1454 où, dans un procès son nom est accompagné de la formule « bonae memoriae » qui ne s’applique qu’à des morts, nous n’avons d’ailleurs plus de trace de son activité depuis 1453.