Logo2 v5

Bertrand de Morzellis

Bertrand de Morzellis* débuta sa carrière en 1265 sous la protection de Bertrand de Saint-Martin : à cette date l’évêque lui fait obtenir une dispense pontificale de résidence, alors qu’il était recteur de Ramatuelle. En 1292 il est déjà attesté comme prévôt de Fréjus. Il présidait donc aux destinées du chapitre lorsqu'eut lieu l'élection de Jacques Duèze en 1300. Elle donna lieu à plusieurs incidents. Le premier vote auquel prirent part le prévôt et les douze chanoines (c’était l’archidiacre Boniface Dalmas, le capiscol François de Roquebrune, Audibert d’Esclapon, Jacques & Pierre Gantelmi, Hugues & Montolive Ricavi, Alphand Raymond, Robert de Cocharel, Raymond de Villeneuve ; Rostaing Maulsang et Guillaume d’Etienne) ne put aboutir. On crut que l’intervention de l’archevêque hâterait l’élection et on lui députa trois membres du chapitre avec lesquels il devait nommer le nouvel évêque. Comme ils ne purent s’entendre ce jour-là, il fut décidé qu’une seconde réunion capitulaire se tiendrait dans la sacristie de la cathédrale le 4 février suivant. Le prévôt, Bertrand de Morzellis ayant fait défaut, l’élection fut encore renvoyée au lendemain. Cette fois encore, le prévôt manque à l’appel et c’est en vain que l’archevêque d’Aix, Rostaing de Noves, lui envoie les chanoines Alphant Raymond et Guillaume d’Etienne pour le prier de se rendre à la réunion. Sur son refus persistant, on décide de passer outre et trois chanoines, délégués par leurs confrères, reçoivent la mission de nommer l’évêque avant la fin du jour ; passé ce délai leurs pouvoirs devaient être conférés à d’autres. Mais, après une courte délibération dans un lieu écarté de la sacristie, les délégués capitulaires tombèrent d’accord sur le nom de Jacques Duèze. L’élection fut confirmée à l’unanimité par les autres chanoines qui vinrent devant le maître-autel chanter le Te Deum. Le prévôt prévoyait probablement qu'il ne trouverait pas en ses confrères le soutien qu'il escomptait... Malgré la disgrâce qui dut s’ensuivre, Bertrand de Morzellis fut témoin des transactions intervenues entre Jacques Duèze et les habitants de Fréjus le 13 juin 1303 et avec l'archidiacre au sujet de la juridiction de Bargemon et de Favas le 2 janvier 1304. Il disparaît probablement en 1305, la prévôté étant confiée à partir de 1306 probablement à Alphant Raymond, puis deux ans plus tard à Raymond Robaudi.

*De cette famille, on connaît un Raymond de Morzellis qui est chanoine de Marseille en 1309 et reçoit une expectative sur une stalle du chapitre cathédral d’Aix en 1316.