Logo2 v5

Famille d'EspagnetFamille d’Espagnet

Entre le capiscol Antoine d'Olivary qu'on repère jusqu'en 1698 et son petit-neveu Antoine d'Espagnet qui suit, la stalle de capiscol fut occupée dans la génération intermédiaire par Joseph d'Espagnet, identifié en 1719. Peut-être faut-il voir en lui un frère de Marc-Antoine d'Espagnet ?

Antoine d’Espagnet (ca 1698-  ), est né à Aix vers 1698 ; il est le troisième fils de Marc-Antoine d’Espagnet (1662-1728) et de Gabrielle d’Olivary (1673-1741), mariés à La Madeleine d’Aix le 8 novembre 1691. Son père était conseiller au parlement de Provence (1587) comme l’étaient ses ancêtres durant  six générations depuis le moment où cette ancienne famille de Brignoles s’était transplantée à Aix. Sa mère était nièce de Joseph d’Olivary, capiscol de Fréjus (frère de son père Henry d’Olivary) et la petite-nièce du chanoine de Fréjus Antoine d’Olivary (frère de son grand-père Pierre d’Olivary). Peut-être était-il aussi le neveu deu chanoine Joseph d'Espagnet. A son tour, le chanoine Antoine d’Espagnet est capiscol de l’Eglise de Fréjus, tel qu’il apparaît au mariage de Joseph de Bovis et Catherine de Vergis le 23 novembre 1727 dans la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix. Antoine avait pour frères et sœurs : Henri, Conseiller au Parlement, Jean-Baptiste, Joseph, chevalier de Saint-Louis, capitaine dans le Régiment des Grenadiers royaux de Provence et mort à la bataille d’Assietta en 1747, une religieuse clarisse à Sisteron, et une autre mariée en Angleterre.

Joseph-Paul d’Espagnet (ca 1697-1754), né vers 1697, succède à son parent Antoine d’Espagnet dans la charge de capiscol ainsi transmise en famille sur quatre générations : il apparaît avec cette fonction au baptême de Joseph-Paul de Camelin dont il est parrain à la cathédrale, le 10 mars 1731. Il meurt en charge le 14 février 1754 à Fréjus. Il est enterré le lendemain dans le tombeau des chanoines de la cathédrale.