Logo2 v5

Eudoxe-Irénée-Edouard Mignot (6 juin 1890 - transféré le 7 décembre 1899 à Albi)


image015Armes : tranché d’or à la croix potencée de gueules, et d’azur au rameau d’olivier d’argent posé en bande
Devise : In veritate et in pace.*

 

image016Eudoxe Edouard Irénée Mignot naît le 20 septembre 1842 à Brancourt (Aisne), fils unique de l'instituteur de la localité et d’une mère pieuse et exigeante. Il est baptisé le 4 octobre suivant sous les noms d’Edouard Irénée Eudoxe. Il reçoit de son curé des cours de latin et de grec et entre en quatrième au petit séminaire de Soissons. Il est ordonné prêtre le 23 septembre 1865 pour le diocèse d’Arras, après des études au séminaire de Saint-Sulpice de Paris où il a été initié aux questions de critique textuelle et où il a découvert Newman et Renan. Sensible aux exigences scientifiques modernes, il reste cependant attaché aux formes de la foi de l’ancienne France (liturgie gallicane, plain-chant français, port du rabat dont il considère qu’il est « la dernière des libertés gallicanes »...).
Il fut successivement professeur au petit-séminaire Notre-Dame de Liesse (1865-1868), vicaire à Saint-Quentin (1868-1871), desservant de Beaurevoir (1871-1875), aumônier de l'Hôtel-Dieu de Laon (1875-1878), curé-doyen de Coucy-le-Château (1878-1883) puis de La Fère. C’est au cours de ses premières années de sacerdoce qu’il eut l’occasion de faire un pèlerinage en Terre Sainte, qui ne fit qu’aiguiser son intérêt pour les questions bibliques.
Il devint vicaire général de Mgr Thibaudier, évêque de Soissons en 1887.
image017Il est choisi le 6 juin 1890 comme évêque de Fréjus, nommé par le pape le 26 juin, sacré le 31 août dans la cathédrale de Soissons par Mgr Thibaudier devenu archevêque de Cambrai, ainsi que par le futur cardinal Sourrieu, évêque de Chalons et Mgr Péronne, évêque de Beauvais. Il fait son entrée à Fréjus le 18 septembre 1890.
Resté étranger aux démonstrations méridionales de son diocèse d’adoption, il sut cependant conquérir les cœurs par sa prestance et surtout sa bonté et éblouir son clergé par la qualité de ses lettres pastorales. Il mettait au service de sa science une puissante capacité de travail, et la traduisait dans une langue magnifique, qui fit la réputation de son éloquence aussi bien que de ses écrits.
Le congrès régional des Cercles catholiques tenu à Toulon en février 1891 fut à l’origine de la création du quotidien La Croix du Var, que Mgr Mignot ne manqua jamais d’encourager.
En 1893, il offrit aux Oblats de Marie Immaculée qui avaient déjà la responsabilité du Grand séminaire, de prendre la direction d'un petit séminaire qu'il voulait ouvrir à Fréjus, comme complément de celui de Brignoles.
benediction Mgr Mignot 350Malgré les tensions croissantes entre le gouvernement français et l’Eglise, il rencontra le Président de la République Sadi Carnot lors des fêtes franco-russes de Toulon en octobre 1893 en présence duquel il bénit le nouveau cuirassé, le Jauréguiberry, et prononça un discours apprécié sur les rapports entre l’Eglise et l’Etat, qui le fera désormais connaître bien au-delà des frontières de son diocèse.
Le Correspondant lui offrit aussi une tribune avec un article signé de sa main sur l’évolutionnisme.
En 1896, Mgr Mignot qui avait manifesté son attachement à Léon XIII lors de son jubilé épiscopal reçut de lui les titres d’assistant au trône pontifical, de Prélat de Sa Sainteté et de comte romain.
En 1898, il fut nommé chevalier de la Légion d’honneur.
Le 7 décembre 1899 on le nomma archevêque d’Albi pour lequel il fut préconisé le 14. La veille, 13 décembre, il a la délicatesse de nommer chanoine honoraire le curé de Vinon, l’abbé Hippolyte Arnaud, neveu de son successeur (il mourra curé de Saint-Raphaël en mai 1902). Il quitta sa ville de Fréjus le matin du mercredi 14 février 1900.
image018Ami personnel d’Alfred Loisy, Mgr Mignot fut l’un des rares membres de l’épiscopat français qui, sans épouser les thèses modernistes, tenta de soutenir avec plus de sincérité que de compétence théologique un homme qu’il estimait. Son attitude originale, à ce propos donna prise à certaines controverses et révèle un homme soucieux de concilier foi et raison dans une recherche intellectuelle permanente et inquiète, désireux de gagner à la foi une élite qui semblait s’en éloigner et surtout un homme d’une infinie délicatesse et d’une indéfectible fidélité en amitié, qui ne lui épargna ni erreurs ni déconvenues.
Déployant un ministère actif et diversifié, il montra une attention particulière aux études bibliques et une grande ouverture aux questions de société : parfois tiraillé dans sa double fidélité à l’Eglise et à sa patrie, il joua un rôle important et controversé dans les affaires religieuses de la France de 1890 à sa mort, à Albi le 18 mars 1918.

* L'adoption pour sa signature d'évêque du double prénom Eudoxe Irénée et l'adoption comme devise de la formule "In Veritate et in Pace" qui en est une traduction directe, procèdent d'un choix délibéré. A la fin de sa vie, l'archevêque d'Albi mesurera l'ambition, l'inachèvement et sans doute aussi la vanité de ce programme. Répondant à une de ses dirigées qui l'interroge sur le sens de sa devise il écrit :
« Je vais vous dire simplement que, si je n'avais pas de respect humain [...] je changerai de devise et mettrais à la place :In fide et in pace. La paix de l'âme et de l'intelligence par la foi ! [...] Si le silence des espaces infinis effrayait Pascal, le silence de l'Absolu m'épouvante. [...] Nous ne savons de Dieu que ce qu'il a voulu nous apprendre lui-même ; d'où la nécessité de retomber dans le domaine de la foi : d'où l'In fide et in pace ; in pace per fidem. »
(Lettre à Mlle de Coninck, 31 octobre 1915)