Logo2 v5

Jean Bélard (30 mars 1422-1449)

Jean Bélard est donc originaire du Maine.
C’est sur des indices fragiles de toponymie et d’anthroponymie que Julien Rémi Pesche, dans sa Biographie et Bibliographie du Maine et de la Sarthe publiée au Mans en 1828, conjecture qu’il pourrait être natif de La Flèche ou de La Ferté-Bernard.
Il étudie à la toute nouvelle université d’Angers et obtient la licence in utroque ; c’est là qu’il se lie avec Grégoire Langlois, proche conseiller de Charles V, qui deviendra maître des requêtes de l’hôtel du roi, mourra évêque de Sées en 1404 et le constituera exécuteur testamentaire, ce qui fera de Jean Bélard un des artisans des débuts de la fondation des collèges de Sées, à Paris et de Bueil, à Angers.
Comme lui, Jean Bélard mènera une double carrière administrative et ecclésiastique : avocat au Parlement, conseiller du roi de France (Charles VI le nomme le 26 mai 1416 commissaire pour la levée du dixième). En même temps, il possède un canonicat à Saint-Hilaire de Poitiers, la cure de Colombiers au diocèse du Mans, puis devient chanoine de la cathédrale du Mans à partir de 1404 et doyen du chapitre au moins depuis 1416. Faisant partie des proches de Yolande d’Aragon duchesse d’Anjou et comtesse de Provence devenue régente à la mort de son époux, Jean Bélard est dispensé des obligations de sa charge en raison de son service auprès de la «reine de Jérusalem et de Sicile ».
On peut imaginer que la liberté du chapitre de Fréjus réuni le 16 février 1422 pour se choisir un évêque ne fut pas pleine et entière, même s’il retrouvait apparemment un rôle en renouant avec une tradition interrompue par les papes d’Avignon et rétablie par le concile de Constance.
Le pape Martin V se contentera de confirmer son élection le 30 mars 1422.
Le nouvel évêque gouverne son Eglise pendant plus de vingt-cinq ans, très assidu à la cour d’Aix où il intervient souvent et se fait confirmer nombre de droits attachés à son siège. Conseiller des plus écoutés de la comtesse Yolande et de Louis III, il est nommé chancelier de Provence en 1426, charge qu’il conservera jusqu’au 1er août 1429.
Résidant plus souvent à Aix ou à Tarascon, il se reposa du soin du diocèse sur son vicaire général, Jean Combaud, qui après avoir assisté au concile de Constance et cumulé bien des titres, devint évêque de Toulon en 1434.
En 1427, Jean Bélard publia de nouveaux statuts capitulaires réformant ceux de Barthélémy Grassi, qui furent approuvés par Eugène IV le 11 mai 1430. Le 14 décembre 1428, il nomme doyen du récent chapitre de Lorgues un sous-diacre du diocèse de Sées du nom de Jean Dubois, montrant par là qu’il n’avait pas oublié ses origines...
Il aurait été envoyé par le comte Louis III d’Anjou au concile ouvert à Bâle en 1431.
Alors que son époux, le roi René, est retenu prisonnier du duc de Bourgogne, Isabelle de Lorraine nomme en 1435 une commission pour diriger les affaires et désigner un lieutenant militaire : Jean Bélard fait partie des quatre personnalités désignées, qui recevront encore la charge, en mai 1436, de réunir l'argent nécessaire pour payer la rançon.
Jean Bélard serait mort en 1449.