Logo2 v5

Liste des prévôts

Le premier prévôt connu est de la fin du XIe siècle. Nous regrettons, à cause de l'extrême rareté des documents, de n'avoir pu combler toutes les lacunes et donner des notices plus étendues antérieurement au XVIe siècle. Du moins la liste chronologique est-elle complète à partir de 1536.

1085-1096 AMALRIC Ier fut témoin, en 1085, à la donation faite par Bertrand, évêque de Fréjus, à l'abbaye de Saint-Victor des églises de Sainte-Marie de Pignans, de Barjols, de la Daurade (La Lauzade) du Luc et de Spéluque de Montfort. Il donne son consentement, en 1094, à la cession de Sainte-Marie de la Napoule par l'évêque de Fréjus, Bérenger, aux moines de Lérins et à celle de l'église de Roquebrune consentie par Dodon aux mêmes religieux. Il assiste au synode, en 1095. Il approuve, en 1096, la donation à Montmajour, par le même évêque, des églises de Barjols, de Spéluque et de Roquebrune.

1099 RAYMOND Ier est témoin à la donation des églises de la Daurade du Luc, de Cabasse et autres faite, en 1099, à l'abbaye de Saint-Victor par l'évêque Bérenger.

1104-1124 AMALRIC II, le même que celui qui est nommé dans quelques chartes Amelius, parait, dès le 18 mai 1104, dans la charte de la donation de l'église de Saint-Étienne de Draguignan à Lérins par l'évêque Bérenger. En 1115, il approuve la donation de l'église de Roquebrune à Montmajour et, en 1119, la taxe dont furent frappées par le même évêque les églises du diocèse desservies par les moines de Saint-Victor. Il assiste aussi, vers la même époque, à la donation faite à Lérins de l'église de Saint-Michel d'Ampus, et, en 1124, à celle de l'église de Saint-Barthélemy de Palaison à Saint-Victor.

1129-1131 BERTRAND était archidiacre de la cathédrale depuis 1104. Devenu prévôt, il consent à la transaction passée, en 1129, entre l'évêque et le chapitre d'une part et les moines de Lérins, de l'autre, au sujet de la donation de l'église de N.-D. de Miramas faite par l'évêque Bérenger à ce monastère. Il fut nommé évêque de Fréjus en 1131 (V. Les évêques de Fréjus.)

1141-1154 RAIMOND II reçut en 1141, avec son évêque, une bulle d'Innocent II en faveur de l'abbaye de Lérins ; il intervint aussi, le 22 février 1154, à la cession faite à Saint-Victor de l'église de N.-D. de Seillans.

1170 HUGUES OU R(AYMOND) d'après Girardin, prit part, comme prévôt, à la fondation de la chartreuse de la Verne avec l'évêque Frédol, en 1170.

1176 GERIN (Gireus) assista, le 18 février 1176, à une transaction conclue par le bayle du comte de Provence entre le prieur de Saint-Pons de Puyloubier et le commandeur du Temple de Bailès.

1179 FRÉDOL était chanoine du chapitre et souscrivit à ce titre la charte de la fondation de la Verne en 1170. Il reçut, en 1179, des mains de Hugues de Claviers, alors archidiacre, le fief de Claviers qui fut désormais attaché à la prévôté (n'est pas mentionné dans la Gallia christiana novissima).

1180-1182 HUGUES DE CLAVIERS fut d'abord archidiacre et fit la donation dont nous venons de parler. Il souscrivit, comme prévôt, en 1180, la sentence arbitrale rendue par l'évêque de Vence entre l'évêque et les chanoines de Fréjus et, en 1182, l'approbation donnée par le comte Ildefonse à la susdite donation de Claviers.

1197-1208 RAIMOND FARAUDI souscrivit, en 1197, la confirmation faite par l'évêque Guillaume du Pont aux chartreux de la Verne de la donation de 1170 ; en 1202, il assista, avec le même évêque, à une vente faite à Saint-Victor ; en 1206, il reçut de l'évêque Bermond Cornut la donation de la maison prévôtale et, en 1208, il souscrivit la charte par laquelle le comte Ildefonse II donna aux évêques de Fréjus la faculté d'acquérir des terres sans son consentement. Dans cette charte Raimond Faraudi ajouta à son titre de prévôt celui de prieur de la Motte.

1223-1235 RAIMOND BÉRENGER reçut, au mois d'août 1223, du comte de Provence la confirmation des privilèges de l'église de Fréjus. Il obtint aussi, avec l'évêque, au mois de mars 1225, le privilège de la gabelle du sel; il assista, comme témoin, le 28 mai suivant, au consentement donné par l'évêque Bertrand de Favas à la donation faite aux Templiers de la maison de Rue ; le 27 août de la même année, l'évêque paya pour lui à Guillaume de Fayence quarante livres qu'il lui devait. En 1226, le prévôt Raimond Bérenger fut témoin à l'hommage prêté à Riez par Boniface de Castellane à Raymond Bérenger, comte de Provence, pour les fiefs de Salernes, Villecroze et Entrecasteaux. Enfin, le 24 juillet 1227, il assista à la cession du consulat de Grasse faite par les habitants au comte de Provence. Il fut nommé évêque de Fréjus en 1235. (V. Les évêques de Fréjus.)

1235-1240 FOUQUES DE CAILLE, né à Brignoles, signa, le 6 août 1255, les statuts rédigés par l'archevêque de Vienne pour le service de la cathédrale. Deux jours après, il assista comme témoin à la cession faite par l'abbé de Saint-Pons, de Nice, en faveur de Guillaume Audibert, archidiacre de Fréjus, des dîmes que l'église de Saint-Hermentaire de Draguignan possédait à Roquebrune. Le 5 octobre suivant, nous le trouvons à Draguignan où il donne son approbation comme témoin à l'échange du château de Marsens contre ceux du Puget et d'Agay conclu, au mois d'août, entre l'évêque et le comte. En 1239, il assista à Aix, dans l'église des Hospitaliers de Saint-Jean, à l'hommage fait au comte par les prélats provençaux. En 1240, il était à Arles, quand Raymond Bérenger accordait aux consuls des Saintes-Mariés, le 14 décembre, le privilège du sel. Il devint évêque de Riez en 1240, fut sacré l'année suivante. En 1255, il fonda, entre Baudinard et Bauduen, près de Fontaine-L'évèque, l'abbaye de Sainte-Catherine de Sorp pour cent religieuses de l'ordre de Saint-Augustin. Il établit aussi à quelque distance de ce monastère une maison de sept chanoines réguliers chargés du soin spirituel des religieuses et un hôpital pour les pauvres. Il mourut sur le siège de Riez le 27 juillet 1273.

1240-1246 OTHON FORNARI, cousin du pape Innocent IV, était prévôt de Fréjus et chanoine de Gap lorsque, le 11 mai 1244, le pape donnait commission à Henri de Suse, alors prévôt d'Antibes, de lui conférer d'autres bénéfices pouvant donner un revenu de cent marcs de sterlings. Il était encore prévôt le 13 décembre 1246 et avertissait le pape que l'évêque de Fréjus ne pouvait plus suffire à sa charge.

1253-1260 GUILLAUME BARDINE OU BÉRARDIN, chapelain du pape, était en possession de la prévôté avant le 17 juin 1253, jour où il recevait, avec ce titre, trois bulles d'Innocent IV. Le 11 juillet suivant, il réglait un différend survenu entre l'abbé de Saint-Hilaire et le prieuré de Prouille. Il fut choisi, le 30 septembre 1257, pour arbitre entre Charles Ier comte d'Anjou, de Provence et de Forcalquier et l'évêque de Digne, Boniface, au sujet de l'hommage que celui-ci prétendait recevoir des habitants de sa ville épiscopale, hommage que les arbitres, réunis à Tarascon, dans la maison du comte de Provence, reconnurent lui être dû. Vers la même époque, il s'interposa encore comme arbitre entre Jean Baussan, archevêque d'Arles et les arlésiens au sujet de certains droits de dîmes. Vers 1260, il entra dans l'ordre des Frères Minimes; ce qui ne l'empêcha pas d'exercer encore son arbitrage, en 1278, pour le même objet, à la demande de l'archevêque d'Arles, Bernard de Languissel.

1261-1262 GUILLAUME DE SAINT-MARTIN ne garda la prévôté qu'un an.

1262-1271 GUILLAUME DE LA GARDE était chanoine de Fréjus depuis 1235; il parvint à la prévôté en 1262. Ayant eu un différend avec son évêque, Guillaume de la Font, pour les droits temporels du chapitre, tous les deux en appelèrent à l'archevêque d'Aix, Vicedominus, qui vint à Fréjus et rendit sa sentence le 22 novembre 1271.

1300-1304 BERTRAND DE MORZELLIS était prévôt, le 4 février 1300, lorsque se fit l'élection de Jacques Duèze (futur Jean XXII) à laquelle il ne voulut pas participer. Le 13 juin 1303, il fut témoin à la transaction intervenue entre cet évêque et les habitants de Fréjus, et, le 2 janvier 1304, à celle qui eut lieu entre ce prélat et l'archidiacre au sujet de la juridiction de Bargemon et de Favas.

1306 ALFANT ROBAUDI (Gall. Christ.) peut-être le même que le suivant.

1308-1313 RAIMOND ROBAUDI, archidiacre de Riez, en 1304, devint prévôt de Fréjus en 1308; il le fut jusqu'à sa nomination à l'évêché de Marseille, le 1er janvier 1313, d'où il fut transféré à l'archevêché d'Embrun, le 12 septembre 1319. Il y finit ses jours en 1323.

-1319 AMBLIC DU PUY, mort le 21 novembre 1319.

1320-   FRANÇOIS GARIBALLI, Jean XXII lui confère la prévôté le 28 janvier 1320, à la mort d’Amblic du Puy. Il est encore prévôt de Fréjus, présent, le 26 octobre 1322, dans la maison de Gaillard Saumate, archevêque d'Arles, lorsque celui-ci nomma les gardiens de la monnaie qu'on battait à Mondragon.

1327 LAMBERT DE MONTMAGRAN mourut un peu avant le 8 juin 1327.

1327-1330 ROSTAN DE MAUSANG était chanoine de Fréjus en 1300, succéda audit Lambert et fut nommé à la prévôté par Jean XXII, le 8 juin 1327; il mourut en 1330.

1330-1347 GUITTO ou GUILLAUME DE BOS était sacristain de Fréjus et clerc de la chambre apostolique. Il devint prévôt le 7 octobre 1330. Il est nommé, en 1333, dans le codicille d'Aimar Amiel, évêque de Marseille ; en 1336, dans l'acte d'échange du palais épiscopal d'Avignon, destiné à devenir le palais apostolique ; en 1340, dans l'achat d'une partie de la ville de Montélimar par le pape ; en 1346, dans une promesse faite au pape par Charles, marquis de Moravie. Il résidait continuellement à Avignon où il mourut en 1347.

1347-1348 ROBERT DE VIA, probablement un des neveux de Jean XXII comme l'étaient l'archidiacre Arnaud de Via et le capiscol Jacques de Via, fut nommé à la prévôté le 27 octobre 1347 et fait évêque de Lodève le 14 août de l'année suivante, âgé à peine de vingt-sept ans. Il mourut vers 1356.

1348-1350 RODOLFE DU CROS fit échange, le 2 mars 1350, de la prévôté avec le suivant contre des bénéfices situés dans le diocèse de Cahors.

1350 ALDEBERT BOMPAR DE LASTIC acquit la prévôté le 2 mai 1350 par la cession que lui en fit son prédécesseur.

1357 ARMAND DE LANGEAC. (Gall. Christ.).

1365-1367 RAIMOND GEOFFROY DE CASTELLANE, était chanoine du chapitre, chapelain de Grégoire XI, curé de Lorgues et prévôt d'Aix. Il assista, le 14 mai 1365, au concile d'Apt comme procureur de son évêque et fut nommé à l'évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux le 15 septembre 1367. Il mourut en 1378.

1367 RAIMOND DE GAZELLIS. (Gall. Christ.).

1371-1376 GUILLAUME DE TIRONDO, alias CIRONDE, était à Aix le 25 juillet 1371 et y faisait son hommage-lige entre les mains du Sénéchal; il le fit à la reine Jeanne en 1376.

1397 JEAN CAILLETI, mourut ou résigna vers la fin de 1397.

1398-1403 BERTRAND RAPHAELIS, docteur en droit, d'abord capiscol de Glandève, fut nommé à la prévôté de Fréjus le 17 janvier 1398. Il fit son hommage-lige au roi Louis II, dans son palais, à Aix, le 12 octobre 1399. Il fut témoin, en 1403, à une transaction passée entre l'évêque Louis de Bouillac et le vicaire de Draguignan, Jean de Seillons.

1418 ETIENNE CHABERT ou LABERELLE. (Gall. Christ.).

1419-1428 HORACE de CASTILLON, parent de Charles de Castillon, baron d'Aubagne, était prévôt en 1419; fut témoin, en 1425, à l'hommage-lige des habitants du Puget et signa, en 1427, le statut de Optando, pour régler le choix des prébendes canoniales après la mort d'un chanoine.

1464 RAYMOND ASSONIS, licencié en droit, était, en 1425, officiai et juge de la curie épiscopale. Il figure, comme prévôt, en 1439, dans les lettres du roi René et mourut vers 1464.

1464-1482 BERNARD DE CANDIA, fut d'abord chanoine, puis archidiacre, fut installé dans la prévôté à la fin de 1464 et nommé conseiller du roi en 1474; il mourut en 1482.

-1494 NICOLAS DE FIESQUE, nommé ensuite évêque de Fréjus. (V. Lés évêques de Fréjus).

1494 RAIMOND DE CANDIA. (Gall. Christ.).

-1513 JEAN DE POITIERS, protonotaire apostolique, résigna la prévôté en faveur de son neveu en 1513.

-1521 ALAIN DE POITIERS, neveu de Jean, avait dix-sept ans et faisait ses études à Saint-Paul-Trois-Châteaux, quand Léon X, après l'avoir dispensé « super defectu natalium », chargea l'évêque de cette ville de lui donner la tonsure et conférer la prévôté de Fréjus, que son oncle était dans l'intention de lui remettre ; la bulle est du 20 décembre 1513. Nicolas Fieschi s'opposa à sa prise de possession : ce qui fait croire que ce prélat avait gardé la prévôté tout en étant évêque de Fréjus et qu'il la résigna an suivant, en 1521.

1521-1527 ARBAUD LAMBERT, était évêque de Venosa, dans la Pouille. Il prit possession de la prévôté le 8 décembre 1521. Il était déjà depuis 1519, vicaire et rentier de l'évêché de Toulon pour le cardinal Nicolas de Fiesque, le fut ensuite pour le cardinal Trivulzio. Il fut aussi, successivement à Fréjus, le vicaire général de Nicolas Fieschi et de Franciotto Orsini et exerça, pendant leurs longues absences, les fonctions épiscopales. Après avoir fait son testament le 13 mai 1527, il mourut peu de jours après. Dans ses dispositions dernières il demandait à être enseveli devant l'autel de la Sainte-Vierge, mais soit que ses volontés n'aient pas été exécutées, soit que ses dépouilles aient été plus tard exhumées, Girardin nous dit que sa tombe était devant l'autel de St-Etienne. Arbaud Lambert était aussi prieur de Notre-Dame de Biot.

1527-1531 ANGE ODDO DE CONFINIO, docteur in utroque, avait été envoyé de Rome par Franciotto Orsini, pour régler une question litigieuse avec les habitants de Fréjus. Il passa avec ceux-ci, le 4 septembre 1526, une transaction confirmant celle du 26 avril 1523 et les autorisant de nouveau à amener l'eau de l'Argens dans l'ancien port. Il fut nommé à la prévôté par le chapitre en 1527.

1531-1534 FRANCIOTTO ORSINI, évêque de Fréjus, fut nommé à la prévôté par des bulles du pape et en fit prendre possession par Honoré Martelly, son vicaire général (Il n'est pas mentionné dans la Gallia novissima). (V. Les évêques de Fréjus).

1536-1542 GEORGES FENILIS, chanoine depuis 1528, fit son hommage à la cour des comptes d'Aix, le 12 janvier 1531, obtint la même année le prieuré de Saint-Maurice de Reynier et, en 1539, le vicariat de Mons. Il fut le vicaire général de Franciotto et Leone Orsini. Il mourut avec la dignité prévôtale avant 1542.

-1545 AUGUSTIN BONVOYSIN ou BONVISIN, était chanoine depuis 1525. Il passa une transaction avec les habitants de Claviers, le 10 juillet 1544 (Il n'est pas mentionné dans la Gallia novissima).  

1545-1592 JEAN FOUQUES, alias FULCONIS DE LA GARDE. « Ce prévôt, dit M. Mireur, a été mal connu des Gallia qui n'ont donné ni son curriculum vitae, ni la véritable forme de son nom. Pour avoir ignoré ce dernier, elles ont même coupé notre homme en deux et fait de Jean Fulconis et de Jean de la Garde (qui sont un seul et même Jean Fouque-la-Garde) deux prévôts à travers lesquels elles ont inséré un troisième du même nom et d'un autre prénom, Antoine Fulconis, inexplicable et problématique. »

Jean Fouque de la Garde, bachelier en droit, naquit à Draguignan et y fut tonsuré le 10 juin 1539, par Antoine Filholi, archevêque d'Aix. Il reçut le sous-diaconat à Lorgues, le 20 mars 1546, le diaconat à la cathédrale, le 19 décembre 1551. Déjà, au moins en 1545 (en 1540, disent les Gallia), avant même d'avoir recules ordres majeurs, il avait été pourvu de la dignité prévôtale qu'il conserva jusqu’en 1592. Il passe une transaction avec ses vassaux de Claviers, le 15 octobre 1545, assiste à la visite du vicaire général, Boniface de Pignoli à Claviers, le 30 octobre de l'année suivante, est présent à l'assemblée du clergé le 27 février 1553. A la mort de Leone Orsini, en 1564, il fut nommé vicaire général pendant la vacance du siège. En 1567, il fit l'enquête prescrite par le Souverain Pontife pour permettre à l'abbé du Thoronet, Jean Clausse, d'appeler de nouveaux habitants à Sainte-Maxime, territoire relevant de son abbaye. Il aliéna en 1570, la place et fief de Baudron. Il quitta Fréjus, lors de l'émeute de 1588 et se retira avec le chapitre à Châteaudouble, en 1592, à l'époque des troubles qui agitèrent Fréjus. Quand il mourut, le 5 janvier 1593, au château de la Garde que son père avait acquis et d'où lui vint son titre de noblesse, il avait résigné la prévôté depuis un mois. Il fut enseveli, le 11, à l'église de Montferrat, devant l'autel du Corpus Domini, accompagné par le clergé des environs et « plusieurs notables personnes ». Son compatriote, le chanoine théologal, Maurice Segond, présida la cérémonie et « la prédication et oraison funèbre, disent les archives communales de Montferrat, fut honorablement faicte. » Ce prévôt ne tint pas une vie très édifiante et fut dénoncé par le conseil communal de Fréjus pour avoir gardé auprès de lui comme esclave un Turc qui avait été baptisé.

1592-1595 ANDRÉ ISNARD, né à Cannes, bachelier en droit canon, avait obtenu, en 1562, le prieuré d'Entrecasteaux, il y fonda le vicariat perpétuel en 1580 et résigna ce bénéfice en 1584. Il fut pourvu la même année d'un canonicat à Draguignan qu'il garda jusqu'à sa mort. Jean Fouques de la Garde résigna la prévôté en sa faveur et il obtint les bulles du vice-légat le 5 décembre 1592. Le chapitre était alors à Châteaudouble. André Isnard prit possession de sa dignité prévôtale dans l'église de cette paroisse le 12 décembre et se fit de nouveau installer à Fréjus le 23 mai 1594, dès que le chapitre y fut retourné. Il mourut un an après, avant le mois de juillet 1595.

1595-1613 PIERRE SAURIN était chanoine de la collégiale de Draguignan depuis 1576. Il fut pourvu de la prévôté de Fréjus par le légat Octave d'Aquaviva, le 30 juin 1595 et fit revalider ses provisions en 1597, parce qu'il avait assuré à faux qu'il était bachelier en droit. Le chapitre lui opposa, en 1597, Jean Gautier, clerc de Cabasse. En 1609, François Gautier, clerc de Seillans, docteur in utroque, avocat au Parlement de Paris et à celui de Provence, se fit pourvoir de la prévôté par le vice-légat par suite de la résignation faite en sa faveur par son oncle. Ennuyé de ces contestations, Pierre Saurin résigna, en 1613, en faveur de Jean de Camelin, neveu de l'évêque Barthélémy, docteur en droit et prévôt de Glandève. Il avait gardé le canonicat de Draguignan, avait même obtenu la dignité de capiscol. Il résigna ce bénéfice en 1624 et mourut en 1631.

1613-1635 LOUIS DE QUEIRAS, QUEIRATZ ou QUEIRATI, du diocèse de Carpentras, s'était déjà pourvu de la prévôté en cour de Rome en 1611. Il vit s'élever contre lui d'abord les deux Gautier, puis Jean de Camelin et même Nicolas Antelmy. Il eut gain de cause devant le Parlement de Toulouse. En 1635, il fut délégué à l'assemblée du clergé à Aix ; il résigna la même année, en faveur de son neveu et mourut à Fréjus le 14 mars 1636. Il fut enseveli le premier dans la nouvelle tombe des chanoines.

1635-1637 JEAN-JACQUES DE QUEIRATZ, prêtre de Toulouse, docteur en droit, lutta pendant deux ans contre Arthur de Castellane. Un arrangement conclu entre eux et approuvé par le vice-légat le 25 septembre 1637, laissa la prévôté à Arthur de Castellane qui céda à Jean-Jacques de Queiratz le décanat de Lorgues, le prieuré de Saint-Jacques de Belcodène, dans le diocèse d'Aix, et celui de Notre-Dame-du-Plan de Quinson qu'il possédait. Jean-Jacques de Queiratz garda le décanat de Lorgues jusqu'en 1643.

1637-1651 ARTHUR DE CASTELLANE DE MONTMEYAN, né au château de Montmeyan, docteur en droit, était doyen de la collégiale de Lorgues depuis 1629. Il fut pourvu de la prévôté de Fréjus le 15 mars 1635 et en prit possession le 29 octobre de l'année suivante, malgré le refus du chapitre qui, ne voulant ni de Jean-Jacques de Queiratz, ni de lui, y avait nommé Charles Gautier, chanoine sacristain. Enfin nous avons vu comment il s'accommoda avec de Queiratz, nous ignorons de quelle manière le candidat du chapitre fut évincé. Pourtant Arthur de Castellane ne fit son hommage à la Cour des Comptes qu'en mai 1647. Il avait obtenu, en 1641, le prieuré rural de Saint-Georges de Brégançon, au diocèse de Toulon, et avait été nommé vicaire général de Pierre de Camelin en 1644. Il résigna, en 1651, la prévôté en faveur de son neveu Claude. Celui-ci céda à son oncle le prieuré de Montmeyan et lui promit une pension de 650 livres sur la prévôté à laquelle il renonça en 1657. Depuis le 20 novembre 1656, Arthur de Castellane avait été pourvu de la prévôté d'Aups qu'il céda encore à Claude en 1662.

1651-1663 CLAUDE DE CASTELLANE DE MONTMEYAN, né au château de Montmeyan, docteur en théologie, permute avec son oncle pour le prieuré de Montmeyan. Il fut nommé vicaire capitulaire, sede vacante, en 1654, et délégué à Paris, la même année, par le clergé pour défendre au conseil du Roi les privilèges des ecclésiastiques du diocèse. Il reçut à la porte de la cathédrale et harangua à son arrivée Zongo Ondedei qui le prit pour vicaire général le 21 octobre 1659. Il garda huit mois, en 1651,1a prévôté de Barjols, remplaça son oncle à celle d'Aups, en 1662, et résigna celle de Fréjus l'année suivante.

1663-1679 JEAN DE CORIOLIS, clerc d'Aix, docteur en théologie, prieur de Notre-Dame de Beauvois et de Saint-Christophe de Grambois, au diocèse d'Aix, de Notre-Dame des Lumières et de Saint-Didier de Bausson, au diocèse d'Apt, échangea avec Claude de Castellane ces divers bénéfices pour la prévôté de Fréjus et lui promit en outre une pension de cinq cents livres. Cette permutation fut autorisée par une bulle du 11 février 1663. Jean de Coriolis obtint, en 1667, du pape Alexandre VII, les prieurés de Saint-Vincent de Roquevaire, de Saint-Clair, de Saint-Pons de Gémenos et de Saint-Jean de Garguier, à condition qu'il abandonnerait sa prévôté dans deux mois ; ce qu'il refusa de faire. Pendant la vacance du siège, en 1674, il fut nommé vicaire capitulaire, devint le vicaire général de Clermont-Tonnerre et eut encore l'administration du diocèse à la mort de l'évêque. Il fit de nouveau unir à la prévôté le fief de Baudron qui était aliéné depuis 1570. En 1679, étant tombé malade à Arles où il était allé tenir sur les fonts baptismaux le fils de sa sœur, il y fait son testament dans lequel il élit sa sépulture à Arles ou à Fréjus dans la cathédrale, selon le lieu où il mourra; lègue aux sœurs Dominicaines de Fréjus tout ce qu'elles lui doivent, cent livres à Notre-Dame de Grâces de Cotignac, trois cents aux Jésuites de Fréjus, deux cents au chanoine Emphian. Il résigna la prévôté la même année et mourut probablement à Arles.

Dans sa Description du diocèse, Joseph Antelmy fait en ces termes l'éloge de Jean de Coriolis : « Notre prévôt, issu d'une noble famille d'Aix dont plusieurs membres ont occupé les plus hautes dignités du Parlement et de la magistrature, est un homme d'une pureté de mœurs irréprochable et d'une grande discrétion; il est sévère pour lui-même, mais libéral envers les pauvres. Il est docteur in utroque, voilà douze ans qu'il est à la tête du chapitre et court dans la quarantième année de son âge. » Ces indications nous permettent de fixer à 1635 l'année de la naissance de Jean de Coriolis; il avait vingt-huit ans quand il reçut la prévôté et quarante-quatre ans le jour de sa mort.

1679-1682 JEAN-ANTOINE DE VINCENS DE SERVANE , prêtre d'Arles, bachelier en droit civil et canonique, eut pour compétiteur Jean de Flotte d'Agoult, prêtre et coseigneur de Seillans, qui s'était pourvu en régale et fut refusé par le chapitre. Vincens de Servane avait à peine obtenu gain de cause, le 20 février 1682, devant le Parlement qu'il permuta avec Eustache de Blin, chanoine-trésorier de la métropole d'Arles.

1682-1701 EUSTACHE DE BLIN, diacre du diocèse de Paris, chanoine trésorier d'Arles, licencié en droit de l'Université de Paris, prieur de Saint-Jean-du-Chêne, au diocèse de Troyes, eut ses bulles de prévôt le 13 décembre 1682 et prit possession le 3 janvier suivant. Il fut ordonné prêtre, à la cathédrale, le 17 avril 1683, par Luc d'Aquin, après avoir suivi au grand séminaire les exercices préparatoires à l'ordination. En 1697, après la démission de Luc d'Aquin, il fut nommé vicaire capitulaire. Louis d'Aquin le prit pour grand vicaire et quand celui-ci eut été transféré à Séez, il fut de nouveau nommé vicaire capitulaire pendant la vacance du siège. Il donna sa démission de prévôt en 1701. Ses armes étaient : Partie au premier de gueules, à un bélier passant d'or, au second échiqueté de sinople et d'argent, à un chef d'or, charge d'une couleuvre d'azur tortillée en pal.

1702-1732 CHARLES-LÉONCE-OCTAVIEN ANTELMI, né à Fréjus, le 3 février 1668, docteur in utroque, frère de l'illustre Joseph Antelmy qui résigna, en 1682, le canonicat et, en 1697, le prieuré de Grimaud en sa faveur. Il devint vicaire général de Hercule de Fleury, fut nommé prévôt par le chapitre et installé le 9 janvier 1702. Il eut contre lui deux compétiteurs qui avaient tous les deux des bulles du vice-légat : Charles-Elzéar Desparra, chanoine-camérier de Pignans, et Joseph-François Deydier, prêtre de l'Oratoire. Il eut raison de leurs prétentions en assurant au premier une pension de cinquante écus d'or et en cédant au second son canonicat avec l'usage de la maison prévôtale. Lui-même continua à habiter celle qui avait été construite par son grand oncle Nicolas à la rue de la Prévôté, actuellement rue de Fleury. Nommé évêque de Grasse en 1726, il fut sacré à Paris le 12 janvier de l'année suivante; il avait été autorisé, par une bulle du 7 août 1726, à garder la prévôté encore six ans. Il mourut à Grasse le 12 octobre 1752, âgé de 84 ans. Son portrait est conservé dans la famille Barbe, au Puget-sur-Argens.

1732-1764 JEAN-CHARLES ALBIN, né à Fayence en 1713, neveu par sa mère des deux Antelmy, Joseph et Octave. Il n'était qu'acolyte quand il fut nommé chanoine en 1728. Avant de prendre possession, il déclara qu'il se soumettait à la bulle Unigenitus et condamnait les 101 propositions de Quesnel. Il était déjà pourvu, depuis un an, du prieuré de Saint-Vincent de Trans qu'il résigna en 1740 pour les chapellenies de Saint-Louis et Saint-Sébastien de Saint-Raphaël. Il était docteur en théologie quand son oncle résigna la prévôté en sa faveur (Les bulles du vice-légat sont du 13 novembre 1732). A ce titre il ajouta, en 1741, celui de vicaire général de Martin du Bellay et en exerça les fonctions jusqu'en 1752. Le chapitre de Saint-Victor l'avait choisi, en 1748, pour nommer à tous les bénéfices du diocèse dépendant de l'abbaye. Il mourut à Fréjus le 1er mai 1764, âgé de 57 ans.

1764-1766 HONORÉ ANTELMI, petit neveu d'Octavien et cousin de Charles Albin, avait déjà obtenu, en 1732, le canonicat que possédait celui-ci avant d'être prévôt. Il lui succéda également à la prévôté. Il était alors docteur en théologie. Il mourut deux ans après, âgé de 58 ans (Il n'est pas mentionné dans la Gallia novissima).

Jean Cavalier (1766-1771)1766-1771 JEAN (-TOUSSAINT) CAVALIER, né à Fréjus, docteur en théologie, pro-curé de Saint-Raphaël en 1724, devint curé de cette paroisse, obtint, en 1734, la stalle de théologal du chapitre, fut vicaire capitulaire pendant la vacance du siège à la mort de Pierre de Castellane, archidiacre en 1744, vicaire général de la prévôté de Pignans en 1750, vicaire général de Martin du Bellay et délégué à l'assemblée provinciale en 1557. Il fut enfin nommé prévôt du chapitre en 1766. Vicaire général de Mgr de Bausset et syndic du clergé en 1770, il résigna la prévôté en faveur de son frère l'année suivante et passa le reste de ses jours à Fréjus où il mourut en 1775; Il légua au séminaire trois mille livres pour une bourse en faveur d'un ecclésiastique pauvre de Fréjus, douze cents livres pour la fondation de la confrérie des Agonisants à la chapelle du Saint-Rosaire et trois cents livres aux pauvres de Bargème.

1771-1787 JULES-LÉONCE CAVALIER, frère du précédent, né à Fréjus, docteur en théologie, fut d'abord secondaire à Flayosc, obtint, en 1742, la cure de Figanières, succéda à son frère à la dignité de théologal en 1744, puis à celle d'archidiacre en 1766. Son frère résigna encore en sa faveur la prévôté en 1771. Il fut un des grands vicaires de Mgr de Bausset. En 1780, il fit un voyage à Rome et en rapporta des reliques de Saint-François-de-Paule qu'il fit placer dans un buste d'argent qu'il donna à la cathédrale. Il résigna la prévôté en faveur de son neveu et mourut le 3 septembre 1787.

1787-1790 JEAN-MARTIN CAVALIER, né aussi à Fréjus, n'était que sous-diacre quand son oncle, Jules -Léonce, résigna l'archidiaconat en sa faveur en 1773. Il était aussi prieur de Saint-Estève de la Font-d'Argens près de Saint-Maximin. Une nouvelle résignation de son oncle lui valut la prévôté le 3 septembre 1787. Il assista à Draguignan, en 1789, à l'assemblée du Tiers-État de la viguerie, fut un des commissaires rédacteurs des doléances du clergé et un des douze électeurs nommés pour élire le député du clergé de la viguerie à l'Assemblée nationale. Il refusa de prêter le serment civique et se rendit à Rome ou, pour gagner sa vie, il travailla aux mosaïques du Vatican. Au rétablissement du culte il fut nommé curé de Draguignan, vicaire général de l'archidiocèse d'Aix et chanoine honoraire de la métropole. Il prit une part très active à la réorganisation des paroisses; fut nommé chevalier de la Légion d'honneur. En 1817, il fit un long mémoire en faveur du rétablissement du siège épiscopal de Fréjus, sur lequel plusieurs personnages influents auraient voulu le faire monter. Il mourut à Draguignan le 18 avril 1823.

Prochaine réunion du chapitre

 mardi 3 octobre 2017

17h30 Vêpres
à la cathédrale

18h Messe pontificale

19h réunion du chapitre

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon