Logo2 v5

Un homme nommé Joseph

Un homme nommé Joseph

Le mystérieux personnage de saint Joseph est d’une discrétion absolue dans les Évangiles. C’est cette sainteté du silence et de la « pudeur » que scrute Mgr Rey, au fil des dix-sept méditations, délivrées à l’occasion de ses pèlerinages à Cotignac où le « gardien de la Sainte Famille, chaste époux de la Vierge, père adoptif de l’Enfant-Jésus » apparut en 1660 à un jeune berger, Gaspard Ricard. Sont ainsi abordées les questions de la paternité, de la virilité mais aussi de l’obéissance et de la transmission. Dans ce livre paru en juin 2018, l’évêque propose des pistes aux pères, grands-pères et éducateurs, mais aussi des clés spirituelles aux jeunes qui se préparent au mariage et sont appelés à fonder une famille.

Les dernières promotions

sacramentaire du chapitre de Fréjus r

2018

Le mercredi 3 octobre 2018, en la fête de saint Cyprien, Mgr Rey a installé le chanoine Charles Mallard à la cathédrale Notre-Dame de la Seds.

Lire la suite

2017

Le mercredi 26 avril 2017, Mgr Rey a installé deux nouveaux chanoines honoraires qui ont reçu à cette occasion les insignes de leur nouvelle fonction dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.        

Lire la suite

2016

Le 19 mars 2016, Mgr Rey a nommé cinq nouveaux chanoines, trois chanoines titulaires et deux honoraires, qui furent installés le 23 juin suivant dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.            

Lire la suite

Les publications

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2d

 

Morale, histoire, théologie, spiritualité, les chanoines continuent d’apporter leur contribution à la vie du diocèse également par leur recherche et leurs travaux intellectuels.

On trouvera dans cette rubrique quelques références aux publications qui ont vu le jour ces dernières années, même si la liste n’est pas exhaustive.

 

Voir la liste

Laurent Casabianca (1843-1909)

Laurent CasabiancaLaurent-Marie Casabianca nait dans une fratrie de neuf enfants le 27 février 1843 à Pigna (diocèse d’Ajaccio), au foyer des fervents chrétiens Jean Casabianca et Julie-Marie Franceschini qui, à la naissance de l’enfant, prédit sa vocation sacerdotale. Enfant de choeur, il reçoit du curé de Pigna, l’abbé Olivi, la curieuse mission de prêcher la nuit de Noël : le garçon, après s’être fait tirer l’oreille, apprit par cœur le sermon préparé en italien par son curé et le débita sans broncher à l'admiration de tous. Il commença ses études secondaires au collège de Corbara, dirigé par les Dominicains et les acheva au petit séminaire d’Ajaccio. Il va faire ensuite sa théologie au séminaire Saint-Sulpice de Paris. Ordonné prêtre à Noël 1869 pour le diocèse de Paris, il est nommé le 1er janvier 1870, vicaire à Notre-Dame de Boulogne et le 1er novembre suivant vicaire à Saint-Ferdinand-des-Ternes. Pendant la Commune, il peut échapper à l’insurrection grâce à un laissez-passer délivré par un employé de chemin de fer, partisan de la Commune, qui ignorait sa qualité d’ecclésiastique. Six mois après, le jeune vicaire apprend que son bienfaiteur involontaire est mourant ; il se rend auprès de lui, se fait reconnaître ; l’entrevue est émouvante ; il le ramène à Dieu et acquitte sa dette de reconnaissance en lui assurant la vie éternelle. L’abbé Casabianca restera trente-trois ans et demi dans cette même paroisse (mis à part un passage furtif à St-Roch) avec trois curés successifs qui apprécièrent son sérieux et son zèle. Il a travaillé à l’agrandissement de l’église en y apportant sa contribution généreuse, à la fondation des écoles paroissiales libres, etc.  Second puis premier vicaire de St-Ferdinand, chapelain puis chanoine d’honneur de Lorette, il est fait chanoine honoraire de Fréjus en juillet 1890 par Mgr Oury. C'est le jeudi 16 octobre de cette année, qu'au cours de l'office capitulaire du matin, l'abbé Casabianca fait profession de foi et reçoit du doyen du chapitre les insignes de sa nouvelle dignité. A une époque où elles fleurissent, le chanoine Casabianca appartient à quantité de sociétés savantes : membre fondateur de la Ligue corse d’enseignement et d’éducation, membre adhérent de la Société des gens de lettres de France, membre de la Société des études historiques, membre de l’Académie des arcades de Rome, il est encore membre de la curieuse Société des avocats de Saint-Pierre, créée en 1877 pour défendre les intérêts du Saint-Siège, supprimée en 1909. Il collabore à la Revue des Etudes historiques, à la Revue des Questions historiques, à la Revue du monde catholique. Convaincu que l’évangélisation passe aussi par une reconnaissance du clergé dans le domaine intellectuel et culturel, il publiera une vingtaine d’études et autres opuscules dont : Notice sur la vie, la mort et les funérailles de Mgr François-Xavier-André de Gaffory (1877), Écrin de Notre-Dame de Lourdes comprenant les Heures pieuses du pèlerin aux pieds de Marie (1877), Trente Jours à la campagne, ou le Salut par la nature (1885), Le Berceau de Christophe Colomb et la Corse (1889), Le Prêtre en voyage (1889), Le Berceau de Christophe Colomb devant l'Institut de France et l'opinion publique (1890), Saint François d'Assise (1890), L'ambassadeur Pozzo di Borgo (1892), Glorification religieuse de Christophe Colomb (1892), Jésus mieux connu (1900), Les Mesures linéaires et le saint suaire de Turin (1903), Je vais à Jésus (1905), La Sainte Vierge dans l'art (1905), Histoire de la paroisse de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle (1908). Déclinant en 1901 la charge de vicaire général que lui offrait Mgr Olivieri, évêque d’Ajaccio, il accepta de lui la mosette de chanoine honoraire. Le 2 mai 1904, il est installé curé de Notre-Dame de Bonne Nouvelle, paroisse parisienne dans laquelle il fut deuxième successeur du chanoine Chirac. Là, il affrontera avec courage et dignité la laïcisation des biens de l’Eglise. Il meurt en 1909.

Prochaine réunion du chapitre

 jeudi 31 janvier 2019

17h00 rencontre à la sacristie

17h30 Vêpres à la cathédrale

18h00 Messe pontificale

suivie de la session du chapitre

 

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon