Logo2 v5

Jules Béguin (1834-1912)

Auguste-Marius-Jules-François (ou Jules-Marie) Béguin nait le 16 janvier 1834 dans le village de Mirabeau (Vaucluse).

Son père, Marius-Augustin Béguin, appartient à une famille de cultivateurs de Cuers (né lui-même à Cuers en 1800, il est fils de Pierre et de Marie Elisabeth Couadou) mais entre dans la gendarmerie à cheval. En 1831 il épouse une jeune fille issue d’une famille d’agriculteurs de Courthézon, dans le Vaucluse, de neuf ans plus jeune que lui : Marguerite Mourier. En 1834, c’est donc à Mirabeau que naîtra leur fils Auguste-Marius-Jules-François. On sait qu’au moins un autre garçon leur naîtra en 1841, Désiré, qui sera menuisier. Quoi qu’il en soit, la mobilité du gendarme ne permet pas à la famille de s’enraciner. En 1854, qui est aussi l’année du choléra, Marius-Augustin se distingue dans la compagnie du Var (16ème légion de gendarmerie) et reçoit la médaille militaire, précisément le 9 août 1854. Malheureusement un incident dont on ne connaît pas la teneur va projeter une ombre infâmante sur la famille : Marius-Augustin, alors âgé de 70 ans, est condamné le 25 février 1870 à trois mois de prison et seize francs d’amende « pour outrages publics à la pudeur » et un décret impérial porté le 10 juin suivant le suspend de ses droits et prérogatives attachés à sa décoration pour une durée d’un an et trois mois. Les critères de la pudeur au milieu du XIXème siècle étant bien éloignés de ceux de notre époque, on peut imaginer au vu de la sanction - somme toute minime - que le délit le fût aussi. Le gendarme à la retraite vint mourir à Cuers le 21 octobre 1878. Son épouse rejoindra l’abbé, son fils, pour mourir à Brignoles le 12 janvier 1880.

En effet, entre temps Jules était entré dans les ordres. Il était reconnu très original, mais sa charité faisait largement oublier cette imperfection, et la fantaisie qui était la sienne n’était probablement pas sans rapports avec ses divers talents : peintre, écrivain savant et distingué, il rendit beaucoup de services au diocèse et fit entendre sa parole chaude et persuasive dans de nombreuses chaires où il allait volontiers seconder ses confrères. Mais sa vie sacerdotale fut essentiellement consacrée d'abord au petit séminaire de Brignoles où pendant vingt ans il se révéla un professeur habile et savant, puis à partir de 1875 à l’hospice de Brignoles dont il fut l’aumônier pendant près de cinquante ans : chaque jour et plusieurs fois par jour, il s’en allait à sa « chère maison de la souffrance ». Mgr Arnaud le nomma chanoine honoraire le 22 juillet 1902 dans la grotte même de la Sainte-Baume : délicatesse à l'égard de celui qui consacra un magnifique poème à la sainte pénitente intitulé Santo Madaleno : douze chants en pure langue provençale (avec traduction française en regard) illustrés par ses soins et qu'il avait mis en souscription en 1892. Quand l’évêque mourra lors d’un séjour au petit séminaire, ce sera le chanoine Béguin qui ira déclarer le décès du prélat, le 17 juin 1905 en mairie de Brignoles. Après la laïcisation de l’hospice, il s’était retiré dans sa maison de campagne où sa porte restait largement ouverte. Le lendemain de Noël 1912, il fut atteint d’une maladie qui s’avéra très vite fatale et mourut à Brignoles le 28 décembre de la même année.

Le peintre

detail 1rOn ne sait rien de sa formation artistique.

Sa production couvrira une bonne partie de son existence : l’œuvre existante la plus ancienne date de 1857, la plus récente, de 1902.

Son style est académique, léché, parfois raide notamment dans ses compositions, mais il sait donner du mouvement à ses personnages (remarquable Saint Roch ou Saint Barnabé) et les agrémenter de petites scènes secondaires pittoresques. detail 2rOn le voit nettement évoluer au cours de ses créations ; la chose est flagrante quand on considère les dix années qui séparent les deux Mort de saint Joseph, celle de Soleilhas et celle de Correns et la maîtrise acquise entre ces deux dates : la composition est rigoureusement identique et cependant le traitement des visages, le paysage presque raphaélique qui apparaît à la fenêtre, les anges qui ne sont plus des figures plaquées mais qui animent et structurent l’espace, tout en témoigne. Mais c’est dans les portraits que le chanoine Béguin donne toute sa mesure, avec un réel talent pour exprimer avec justesse la personnalité du sujet représenté.

 

 

 

Classification géographique de son œuvre :

ALPES DE HAUTE-PROVENCE :

- La Garde (église) : Notre-Dame du Sacré-Cœur (1882).

- Soleilhas (église) : La Vierge remettant le rosaire à saint Dominique (1872),  Apothéose de saint Barnabé (1874), Mort de saint Joseph (1874),  Les âmes du Purgatoire (1875).

VAR :

- Correns (église) : Apparition du Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie (1881), Saint Pierre d’Alexandrie (1887), Mort de saint Joseph (1884)

- Cuers (église) : Quatre saints Louis (1880), Vierge à l’Enfant entre saint Désiré et sainte Félicité (1880), Les âmes du Purgatoire

- Esparron (église) : Immaculée Conception (1857)

- Forcalqueiret (église) : Saint Jean-Baptiste (1870)

- La Crau (séminaire de la castille) : Portrait de Mgr Jordany (1876), Portrait de Mgr Arnaud (1902)detail 3r

- La Martre (église) : Assomption (1873)

- Puget-sur-Argens (église) : Saint Roch (1872), Saint Joseph entouré des saints Pons et Valère (1872)

- Puget-Ville : Portrait d’ecclésiastique (1896)

- Sainte-Maxime (église) : Sainte Maxime (1878)

- Saint-Julien (chapelle des Rouvières) : Sainte Philomène (1870)

- Saint-Raphaël (chapelle du Dramont) : Assomption

- Toulon (évêché) : Portrait de Mgr Terris (1878)

 

 

 

 IMG 6390 rc Mgr Arnaud  IMG 6385 rc 
 IMG 6400 rc  IMG 6406 rc  IMG 6369 rc
IMG 6361 rc IMG 6377 rc Mgr Terris rc  Mgr Jordany  IMG 6377 rc2 
     IMG 6360 rc  

Prochaine réunion du chapitre

 mardi 23 janvier 2018

17h30 rencontre à la sacristie

18h Vêpres à la cathédrale

18h30 Messe pontificale

suivie de la session du chapitre

 

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon