Logo2 v5

Albert Boyer (1837-1911)

Eugène-Alexandre-Albert nait à Camps-la-Source le 19 novembre 1837, de Joseph-François Boyer, fabricant de chapeaux comme l’était Joseph Bouisson, le père d’Etienne. Sa mère, Claire Paul, le forma très jeune à la piété, il entra à neuf ans parmi les enfants de chœur de l’église de son village et y fit, trois ans plus tard, sa première communion qui le marquera profondément. Déjà, il avait entendu dans son cœur l’appel à la vocation sacerdotale, même si c’est de son camarade et compatriote Etienne Bouisson qu’il découvrira le mot « séminaire », comme une réalité merveilleuse où tous deux entreraient plus tard pour être l’un et l’autre un des ornements du presbyterium fréjusien. On ne sera pas étonné de savoir que le curé de cette paroisse était un prêtre bon et très pieux, l’abbé Pierre Baillé, qui sera en vénération à Solliès-Pont où il mourra saintement le 14 avril 1890, à 82 ans ; il avait lui-même reçu de l’abbé  Bouy, ancien supérieur du grand-séminaire d’Aix qui finira sa carrière comme curé de Saint-Louis de Toulon, l’amour du sacerdoce et le zèle pour favoriser les vocations. C’est donc cet abbé Baillé qui donna les premières leçons de latin aux deux garçons de sa paroisse qui, à leur tour, donneront des prêtres à l’Eglise : pas moins de sept seront suscités par le zèle de l’abbé Boyer. Ce fut ensuite le Petit-Séminaire de Brignoles puis le Grand-Séminaire de Fréjus et l’ordination sacerdotale. Trois mois après, le nouveau prêtre fut envoyé comme curé d’Andon, petit village montagneux des Alpes-Maritimes ne comptant guère plus de 300 habitants. Plus tard il fut successivement vicaire de la Garde-Freinet, de La Crau, des Arcs, d’Hyères où il fut aumônier de l’hospice, de Brignoles où il fut aumônier des Ursulines. Il fut ensuite nommé curé de Flassans. C’était l’époque de la persécution par une République étroitement anticléricale : pour s’être courageusement opposé aux manuels scolaires, il fut privé de son traitement … et reçut le camail de chanoine honoraire de Langres où son ami, Mgr Bouange, venait de faire les frais d’une pareille mesure. Lorsqu’éclata le choléra de 1884, il se dévoua de façon admirable ; le maire qui fut décoré par le Gouvernement de la République à l’issue de l’épidémie reconnut lui-même que le curé l’avait mieux méritée… Il fut encore transféré aux doyennés de La Roquebrussanne puis de Barjols. Partout il voulut être tout à tous, désirant être, selon l’image reprise au siècle suivant par le bon pape saint Jean XXIII, la fontaine du village qui offre son eau pure à qui s’en approche. C’est à Barjols qu’il fut nommé chanoine honoraire par Mgr Arnaud, en 1903 : il en reçut les insignes à la cathédrale le 18 décembre de cette année. Trois ans plus tard, sentant les effets de la maladie qui l’emporterait, il demanda à se retirer et vint s’établir à Brignoles, près de son pays natal. C’est là, le 6 septembre 1911, qu’en se préparant à célébrer la sainte messe, il fut terrassé par la mort.

Prochaine réunion du chapitre

 mardi 3 octobre 2017

17h30 Vêpres
à la cathédrale

18h Messe pontificale

19h réunion du chapitre

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon