Logo2 v5

Les dernières promotions

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2017

Le mercredi 26 avril 2017, Mgr Rey a installé deux nouveaux chanoines honoraires qui ont reçu à cette occasion les insignes de leur nouvelle fonction dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.        

Lire la suite

 

2016

Le 19 mars 2016, Mgr Rey a nommé cinq nouveaux chanoines, trois chanoines titulaires et deux honoraires, qui furent installés le 23 juin suivant dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.            

Lire la suite

Les publications

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2d

 

Morale, histoire, théologie, spiritualité, les chanoines continuent d’apporter leur contribution à la vie du diocèse également par leur recherche et leurs travaux intellectuels.

On trouvera dans cette rubrique quelques références aux publications qui ont vu le jour ces dernières années, même si la liste n’est pas exhaustive.

 

Voir la liste

Victor Roussenq (1841-1911)

Victor RoussenqVictor-Maur-Médard Roussenq est né le 8 juin 1841 à Barjols, fils de Nicolas Roussenq et de Claire Blanc. La famille Roussenq où le prénom de Victor se transmet de génération en génération, originaire de Tavernes, s’est établie à Bagnols où son père et son grand-père sont boulangers. Au sein de cette pieuse famille, l’enfant manifeste très tôt ses dispositions religieuses. C’est pourquoi, à l’âge de dix ans, il fut confié par sa famille à l’abbé Pierre-Joseph Mistre (1823-1893), alors vicaire à Hyères, qui mourra chanoine archiprêtre de Grasse et vicaire général de Nice, et qui est le cousin germain de son père. Ses leçons et ses exemples hâteront le développement des dispositions de Victor. Il entre au Petit-Séminaire de Brignoles puis au Grand-Séminaire de Fréjus. Il est ordonné sous-diacre le 20 décembre 1862 et prêtre le 3 septembre 1865 des mains de Mgr Jordany dans la basilique de Saint-Maximin. Après sept ans consacrés à l’enseignement au Petit-Séminaire de Brignoles et quelques mois de vicariat à Tourves à partir du 31 octobre 1872, il fut nommé le 1er octobre 1873 vicaire à Hyères. Son affabilité, sa bonté le rendirent sympathique et son ministère y fut fructueux. Le 16 juin 1890, Mgr Oury l’appela à la cure importante de Saint-Raphaël où le chanoine Bernard venait de construire la nouvelle église. Lui revenait le soin d’achever l’œuvre et de l’équiper : il fit construire les clochers, la sacristie, fonda l’école paroissiale de garçons, etc. Insensible à tous les sacrifices et à toutes les fatigues, il se dépensa sans compter au milieu des œuvres diverses de la paroisse. Il en fut récompensé par sa promotion comme chanoine honoraire le 25 novembre 1891. En 1899, des raisons familiales le déterminèrent à solliciter la cure de Cotignac devenue vacante par la mort du chanoine Laure, il y est nommé le 1er novembre de cette année. Après s’y être donné de la même façon, il se retira le 1er novembre 1907 au sein de sa famille, à sa campagne de Fox-Amphoux. C’est là qu’il meurt le 24 novembre 1911, après s’être soigneusement préparé à la rencontre avec son Seigneur.

Prochaine réunion du chapitre

 mercredi 3 octobre 2018

17h00 rencontre à la sacristie

17h30 Vêpres à la cathédrale

18h00 Messe pontificale

suivie de la session du chapitre

 

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon