Logo2 v5

Famille Robion

Les Robion constituent une famille bourgeoise bien assise de Moustiers quand Pierre y naît vers 1620. Son parcours ne sera peut-être pas étranger à l’ascension sociale qui mènera les Robion (parfois Roubion et bientôt de Robion) à une position dominante.

Blason de la famille de RobionPierre Robion (ca 1620-1706)

Pierre entre en effet dans les ordres et accède à la charge de chapelain du roi, dans laquelle il est attesté pour les années 1665, 1672, 1677, 1678, 1682, à chaque fois pour le deuxième trimestre de l’année*. Cette dernière année, il sert encore à la Maison du roi en qualité de chanoine de Fréjus et la dignité de sacristain. C’est ce titre qu’il porte au baptême de Pierre, fils d’André et d’Anne de Bertet, le petit frère du chanoine Antoine Robion, dont il est le parrain, célébré à Fréjus le 20 mars 1695. Il revient finir ses jours dans sa ville natale de Moustiers. Malade, il reçoit les derniers sacrements et meurt le 16 février 1706. L’ « ancien chapelain » de Louis XIV, « jadis sacristain » de Fréjus, y est enterré au pied du chœur de l’église paroissiale.

* Les huit chapelains du roi assuraient pendant trois mois par quartier la messe basse quotidienne à laquelle assistait le souverain, à l’exclusion de tout autre ecclésiastique. Ils servaient deux à deux : alternativement une semaine sur deux l’un disait la messe tandis que l’autre pouvait se tenir derrière les aumôniers, à la droite du roi. Le chapelain donnait de l’eau bénite à Leurs Majestés avant la messe et leur faisait baiser le corporal à la fin. Les dimanches et fêtes où le roi était placé en bas dans la nef, le chapelain bénissait le pain qui était ensuite présenté au roi. Les chapelains touchaient 240 livres de gages et avaient bouche à cour à la table des aumôniers, lorsqu’ils étaient de quartier.

Antoine Robion (1686-1748).

Lui aussi naît à Moustiers, le 8 juin 1686, d’André (ca 1647-1707), bourgeois de la ville, et d’Anne de Bertet, en qui s’éteint la branche des Bertet de Ségriès, illustrée par son père Guillaume de Bertet de Ségriès, époux d’Anne de Sabran, et issue de son grand-père Pierre de Bertet de Ségriès, époux de Marguerite de Sabran. Les parents d’Antoine Robion se sont mariés à Moustiers le 28 juillet 1681. Planent sur l’enfant deux figures ecclésiastiques exceptionnelles : l’oncle maternel, aumônier ordinaire de Louis XIII et l’oncle paternel, chapelain de Louis XIV…

Le premier, Jean de Bertet (1596-1678), décédé depuis huit ans, est le frère du grand-père d’Anne de Bertet. Prêtre, il était devenu en 1614 prieur commendataire du prieuré de Moustiers, où il avait établi sa résidence. Il était par ailleurs docteur en droits, protonotaire apostolique, élu agent général du clergé de France lors de l’assemblée provinciale d’Aix le 11 mars 1625 pour entrer en fonctions l’année suivante, nommé conseiller et aumônier ordinaire du roi* en 1634 ; il refusa l’évêché de Grasse qui lui était proposé en 1636 ; seigneur de la Clue, il est déchargé du droit de franc-fief le 30 mars 1657, et fait donation de cette terre et seigneurie à son neveu Guillaume de Bertet le 2 septembre 1657, qui est juge et viguier de Moustiers ; c’est son épouse, Marguerite de Thomas, qui est la marraine d’Antoine Robion. Ce Jean de Bertet résigne encore son prieuré en 1670 à son autre neveu, Antoine de Bertet, lui aussi docteur ès droits, et c’est lui qui est le parrain d’Antoine, au jour de son baptême, le lendemain de sa naissance.

Le second est Messire Pierre Robion (cf supra), probablement grand-oncle direct d’Antoine.

Riche de cette double ascendance, Antoine accède à son tour à la stalle de chanoine sacristain de Fréjus, sans doute résignée à son profit à la veille de sa mort par Messire Pierre Robion dont on dit alors qu’il était « jadis sacristain de l’église cathédrale de Fréjus ». En effet, Antoine Robion est déjà chanoine sacristain de Fréjus, prébedné au lieu du Puget en 1708 quand il obtient une décharge de décimes avec nombres d'autres bénéficiers. Avec ce titre de sacristain, il assiste comme parrain, au baptême de sa nièce, Rossoline-Thérèse de Suffret à Fréjus, le 20 avril 1710.  Le 16 octobre 1717 il baptise sa petite-nièce et filleule Marie-Thérèse de Suffret en qualité de « grand vicaire de ce diocèse, chanoine sacristain de cette cathédrale et abbé commendataire de Clausonne ». Il vient d’acquérir en effet ce bénéfice abbatial où il succède à Elzéar de Grimaldi  qui avait marié sa nièce avec Charles d’Olivary (le neveu du capiscol), à Fréjus le 12 novembre 1711. Mais il se démettra assez vite de ce bénéfice (pas avant le 5 avril 1745 toutefois, date à laquelle il baptise une autre petite-nièce, avec ces titres) au profit d’Etienne de l’Isle, vicaire général de Gap : même si l’abbaye de Clausonne, située au pied de la Montagne d’Aujour, au nord de Sisteron, est depuis longtemps ruinée et désertée, elle représente encore un bénéfice substantiel. Lorsqu’il meurt à Fréjus le 31 décembre 1748, il est encore sacristain de la cathédrale. Il y est enterré le 1er janvier 1749 dans une des tombes des chanoines, située dans le chœur.

* Les aumôniers ordinaires avaient la qualité de conseiller du roi, ils l’accompagnaient par quartier depuis la prière du lever à celle du soir, assistant aux offices et à la table du roi.

Suffret 1La sœur aînée d’Antoine Robion, Rosoline, avait épousé à Moustiers, le 19 avril 1703 Louis Suffret, fils de César, « conseiller du roi, lieutenant général civil et criminel en la marine et amirauté des mers de Levant au siège de la ville de Fréjus » et d’Anne de Villeneuve. De ce couple naîtra le 5 avril 1716 Louis Suffret ; son parrain sera son frère aîné, César-François et sa marraine, sa grand-mère maternelle, Anne de Bertet. A son tour, Louis Suffret deviendra chanoine sacristain de la cathédrale de Fréjus, où il meurt le 22 janvier 1786. (cf Suffret)

Prochaine réunion du chapitre

 mardi 23 janvier 2018

17h30 rencontre à la sacristie

18h Vêpres à la cathédrale

18h30 Messe pontificale

suivie de la session du chapitre

 

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon