Logo2 v5

Famille Camelin

Blason CamelinLa famille Camelin semble être une famille de marchands italiens, au nom francisé, probablement établie à Fréjus à l’aube du XVIe siècle. Le chanoine Espitalier précise qu’ils avaient ouvert à Fréjus un commerce de mercerie et qu’en 1544 cinq membres de la famille étaient encore employés à cette activité : André, Etienne, Lombard, Thomas et Jacques. On ne voit pas bien cependant comment ils ont pu de là atteindre aux plus hautes fonctions de la cité.

Les deux derniers au moins sont frères puisqu’on voit Thomas remplacer son frère Jacques lors d’un baptême en la cathédrale le 27 août 1547.

Thomas exerce à Fréjus la fonction de trésorier, il meurt assez jeune, au début des années 1560, laissant à son épouse, Catherine Borel, originaire de Draguignan, des enfants en bas âge, notamment Lombard et Etienne. Blason Camelin2 Ce dernier fera une belle carrière : maître du port, consul, viguier il meurt le 6 septembre 1638. De sa nombreuse descendance seront issus Jacques, son fils, notaire, de qui naîtra Barthélémy, receveur des décimes. Il semble que ce soit de cette branche que proviennent les deux bénéficiers de la cathédrale : Honoré Camelin (cité dans les années 1670/1680) et Marc Camelin (ca 1663-1713).

Jacques, frère de Thomas, est fermier des droits du roi à Fréjus en 1553 puis trésorier en 1565, premier consul en 1570, lieutenant du viguier royal à partir du 18 juillet 1574, il meurt le 9 juin 1603. A plusieurs reprises les documents le saluent du qualificatif de « nobilis » et à sa mort, d’ « illustris dominus ». Il avait été marié une première fois puis, devenu veuf épousa en secondes noces, en 1572, Anthonone Mottet, veuve de Marc Guaybier. Du premier lit, il eut au moins trois enfants dont Barthélémy, qui deviendra évêque et Georges († 1626), viguier puis consul, qui donnera naissance à l’évêque Pierre et à Jacques (ca 1586-1672), receveur des décimes puis viguier, qui portera le titre d’écuyer*. Ce Jacques est le père de nombreux enfants dont les chanoines Jean et Joseph, ainsi que Gilles (1614-1660), qui donnera naissance aux chanoines Pierre et Bernard. Françoise de Camelin (1664-1749), la mère des deux chanoines Attanoux est leur nièce.

* Avec beaucoup de fantaisie et sans signification particulière, la famille s’écrira indifféremment  « Camelin » ou « de Camelin ». Le titre d’écuyer pour Jacques (ca 1586-1672) est la première apparition d’une prétention de noblesse. Son fils Barthélémy (1625- ) fera même l'objet d'une condamnation pour agrégation abusive au second ordre le 14 janvier 1668. Son fils Joseph (1676-1748) mettra fin à ces incertitudes familiales en obtenant finalement des lettres d'anoblissement en 1727, le dossier constitué en vue de cette reconnaissance fait état de l’ancienneté de la famille Camelin à Fréjus et de l’illustration que lui apportèrent les deux évêques Barthélémy et Pierre.

Barthélémy Camelin, chanoine (1577-1605), et évêque (1599-1637) de Fréjus.

Barthelemy Camelin Il nait en 1562, fils de Jacques Camelin, viguier de Fréjus ; sa mère s’appelle probablement Jeanne. Il est tonsuré le 10 mars 1569 des mains de Bertrand de Romans, obtient une licence en droit canon et le 24 mai 1577 devient chanoine par la résignation en sa faveur de François de Grasse. Chef de file du parti dissident du chapitre qui demeure à Fréjus durant les troubles civils entre 1591 et 1593, il s’y fait élire vicaire capitulaire en compétition avec le chanoine Hélion Mosson. Par l’intermédiaire d’une de ses sœurs, Marguerite, épouse du capitaine Gabriel Planchier qui servait sous les ordres de Crillon, il obtient d’Henri IV sa nomination comme évêque de Fréjus en 1594, contre l’évêque nommé par Rome. Cet évêque, Gérard Bellenger, meurt à Paris le 12 janvier 1596, le Parlement accepte d’enregistrer sa nomination le 24 mars 1597, et Clément VIII la confirme le 1er septembre 1599. Il fait prendre possession par Nicolas Antelmy, bénéficier de la cathédrale, le 14 décembre 1599, reçoit l’ordination sacerdotale et célèbre sa première messe à la cathédrale le 6 janvier 1600, il y est enfin sacré le 30 janvier suivant par Guillaume Le Blanc, évêque de Grasse, assisté de Clément Isnard, évêque de Glandèves et de Gilles de Seytres, évêque de Toulon. Barthelemy CamelinIl résigne la stalle d’archidiacre sur laquelle il avait fait main basse à la mort d’Hélion Mosson le 28 mars 1596, en faveur de son neveu Pierre qu’il ordonne prêtre le 17 décembre 1605. Après un épiscopat fructueux, il meurt à Fréjus le 15 juin 1637, muni des sacrements de l’Eglise, et est inhumé dès le lendemain dans la cathédrale. Son neveu fait sculpter et placer au-dessus de sa tombe son orant.

Pierre Camelin, chanoine (1605-), et évêque (1637-1654) de Fréjus.

Pierre Camelin Neveu de Mgr Barthélémy Camelin, Pierre est baptisé à sa naissance dans la cathédrale de Fréjus, le 22 novembre 1579. Son père est Georges Camelin, viguier, et sa mère s’appelle Jeanne Gaybier. De cette famille fréjusienne est issu le chanoine Jean Gaybier, qui occupait jadis une stalle au chapitre, jusqu’à sa mort en octobre 1558, et Bernardin Guaybier, sieur de Callian, qui a épousé celle qui deviendra la marraine de Pierre Camelin : Anne de Veteris, fille d’un conseiller du roi au parlement de Provence. Ce Bernardin Guaybier était fils de Michel Guaybier et de Catherine Bonaud. Quant à cette famille Bonaud, dont vient encore le parrain de Pierre : Pierre Bonaud, avocat au parlement, nous savons qu’elle était également représentée au chapitre par le chanoine Pierre Bonaud, actif dans les années 1550-1560. Le jeu des alliances familiales semble déterminant dans l’ascension des Camelin, et le chapitre représente un enjeu du postionnement social.

Pierre est tonsuré le 7 avril 1593, conquiert le doctorat in utroque après des études à Avignon et reçoit l’ordination sacerdotale des mains de son oncle, Barthélémy, le 17 décembre 1605, il obtient alors de lui la dignité d’archidiacre au chapitre de la cathédrale. Pierre, qui avait été gratifié la veille du titre d’évêque in partibus de Philadelphie, est sacré dans la cathédrale coadjuteur de Fréjus le 5 décembre 1621, par son oncle qui était assisté d’Octave Isnard, évêque de Glandèves et de Louis Duchaine, évêque d’Argos, coadjuteur de Senez. La mort de Barthélémy, le 12 juin 1637, lui permet de commencer véritablement son ministère épiscopal et de prendre possession le 5 juillet suivant. Il meurt le 4 février 1654 après avoir reçu les sacrements et est inhumé auprès de son oncle, dans la chapelle Notre-Dame du Rosaire, de la cathédrale, devenue le lieu de sépulture de toute la famille.

Jean Camelin, (1613-    ), chanoine.

Jean Camelin est le fils de Jacques (ca 1586-1672), receveur des décimes et frère de l’évêque Pierre Camelin, et de sa première épouse, Camille de Nigris, morte le 10 mars 1625. Il est né le 5 février 1616. Il apparaît comme chanoine de la cathédrale au moins entre les années 1654-1667, avec la dignité d'archidiacre. Il est, par ailleurs docteur en droit et protonotaire du Saint-Siège.

Joseph Camelin (1621-1667), chanoine

Son frère, Joseph, est né le 31 octobre 1621. Il meurt le 3 mai 1667, muni des sacrements, et est inhumé le lendemain dans le tombeau des chanoines, au chœur de la cathédrale, sous la présidence de Mgr Zongo Ondedei. Il était chanoine au moins depuis 1641, où il est parrain de son neveu Joseph, fils de Pierre et de Françoise Bonaud, il est encore qualifié de « doyen de la cathédrale » dans son acte mortuaire, alors que le prévôt est encore pour de nombreuses années Jean de Coriolis.

Pierre Camelin (1648-1719), chanoine

On l’a qualifié de neveu de Mgr Pierre Camelin, il en est plus exactement le petit-neveu. Fils de Gilles Camelin (1614-1660) et de Gabrielle de Flotte, son acte de baptême, du 7 octobre 1648,  porte les noms de ses parrains et marraines : « Révérend Père en Christ Monseigneur Mgr Pierre de Camelin, évêque et seigneur temporel de Fréjus, et Françoise Bonaud, femme de Pierre Camelin, neveu du susdit évêque. », le neveu étant l’époux de la marraine et l’oncle du baptisé… Très jeune, il entre au chapitre puisqu’il est déjà chanoine en 1668 et en devient l’archidiacre au début du XVIIIème siècle (il est simple chanoine au baptême de son filleul Pierre-Jean d’Attanoux le 22 mars 1699) ; on se souvient que son arrière grand-oncle Barthélémy s’était emparé de cette dignité en 1596 et l’avait ensuite transmise à son grand-oncle Pierre en 1605, avant d’être confiée à son oncle Jean. Cette succession étonnante n’empêche pas ces hommes de prendre au sérieux leur responsabilité et d’édifier par leur piété. Pierre, désireux d’un idéal supérieur et peut-être pas insensible aux sirènes jansénistes dont la société et le lieu étaient imprégnés, entra à l’Oratoire et se retira à Cotignac sur la fin de ses jours, résignant visiblement l’archidiaconé à son frère Bernard, mais conservant le prieuré de St-Thomas d'Avaye, à Entrecasteaux et celui de Notre-Dame de Vallauris, à Trans, qu'il avait obtenu en 1667. Il fit une mort édifiante, nous dit Girardin : « On le trouva mort à Notre-Dame de Grâce de Cotignac, à genoux devant son crucifix, dans sa chambre ; et on vit renouveler dans sa personne, ce que saint Jérôme raconte de la mort de saint Paul premier ermite », ce qui semble difficilement compatible avec l’acte mortuaire qui précise qu’il mourut, « muni des sacrements ». Celui dont notre historien prétend qu’il « mérite par sa vie remplie de piété, d’avoir place parmi les hommes illustres de sa patrie » fut ensuite inhumé dans le caveau des chanoines de la cathédrale le 21 juin 1719.

Bernard (ou Bernardin) Camelin (1648-1707), chanoine

Blason Bernard de Camelin Il est indissociable de son frère Pierre, qui précède, puisqu’il en est le jumeau, baptisé le même jour. Son parrain fut Bernard, le frère de l’évêque Pierre. A son tour, il occupe une stalle au chapitre et reçoit probablement de son frère démissionnaire la dignité d’archidiacre, au moins depuis 1678, qu’il assumera jusqu’à sa mort. Il rend l’âme le 20 mai 1707 et on l’inhume dans une des tombes familiales de la chapelle Notre-Dame du Rosaire.

 

 

Il est à noter que la famille fournira beaucoup d’autres ecclésiastiques dont certains de grande valeur : Messire Pierre de Camelin, docteur in utriusque juris, mort le 22 juillet 1652 ; le Révérend Père Etienne Camelin décédé le 20 avril 1668 ; le jeune abbé Antoine Camelin, mort à  24 ans en 1695 ; le Révérend Père Joseph de Camelin, cordelier, élu provincial à l’âge de 38 ans et plusieurs fois reconduit, devenu définiteur général de tout l’ordre de saint François, puis commissaire de la Terre-Sainte dans les années 1730, etc.

Prochaine réunion du chapitre

 mercredi 26 avril 2017

17h30 Vêpres
à la cathédrale

18h Messe pontificale

19h réunion du chapitre

réunion suivante :

mardi 3 octobre

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon