Logo2 v5

Victor Durand (1829-1914)

Joseph Victor naît le 21 juillet 1829 à Bras, de François-Bonaventure Durand et de Thérèse Barbaroux. Son père est menuisier, comme son grand-père Jean-François, « maître menuisier » à Pourcieux. Sa mère est originaire de Tourves où ils se sont mariés en 1820. Victor fut ensuite élevé à Lambesc par un vieux régent, M. Michel, homme de méthode et chrétien solide. D’une vive intelligence, il poursuivit ses études avec aisance et fut ordonné prêtre. Il remplit ensuite diverses fonctions secondaires (desservant de Montferrat, notamment) avant que Mgr Oury jette les yeux sur lui et le nomme chanoine-adjoint à Fréjus, en 1887. Le nouvel évêque était lié d’amitié au frère cadet de l’abbé Durand, qui avait donné naissance en 1878 à Léon Durand qui entrera lui-même dans les ordres et mourra évêque d’Oran en 1945 après avoir été évêque auxiliaire de Marseille et c’est chez son frère, Henri que s’éteindra à Marseille Mgr Oury en 1921. La familiarité de Mgr Oury avec cette famille lui permettait de comprendre le fond de la nature du chanoine Durand dont le sentiment du devoir éclatait parfois en formules trop absolues. Homme de grande foi, rigide dans ses pratiques sacerdotales, il gardera toute sa vie l’austère fidélité aux vieilles traditions nationales et provençales. Ces fortes impulsions héréditaires se résumaient en lui dans le culte ardent de saint Probace, patron de Tourves. L’amour de la petite patrie fut chez lui la source de tout ce qu’il a aimé dans la grande, de tout ce qu’il a cru et observé jusqu’au dernier soupir dans l’Eglise catholique : foi intransigeante, dévouement absolu à la papauté, fidélité à la prière. Devenu chanoine titulaire en 1890, après avoir été nommé théologal (par ordonnance du 6 octobre 1901), il accéda à la dignité de doyen du chapitre en 1910, à la mort du chanoine Revertégat. Atteint par la maladie, il demanda et reçut les derniers sacrements avec tout le cérémonial des statuts capitulaires : maître de lui comme s’il eût été à sa stalle, il édifia encore par sa ponctualité au moindre détail des rites, ne cessant de prier avec une précision rare jusque dans sa brève agonie sans omettre le réflexe de porter la main au front au Gloria Patri comme pour se découvrir, suivant les prescriptions liturgiques. Le vénérable doyen mourut à l’aube du 4 décembre 1914 à Fréjus. A ses funérailles célébrées par Mgr Guillibert le lendemain dans la cathédrale, put assister Mgr Oury dont il fut le dernier chanoine créé avant son transfert à Dijon.

Prochaine réunion du chapitre

 mardi 3 octobre 2017

17h30 Vêpres
à la cathédrale

18h Messe pontificale

19h réunion du chapitre

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon