Logo2 v5

Un homme nommé Joseph

Un homme nommé Joseph

Le mystérieux personnage de saint Joseph est d’une discrétion absolue dans les Évangiles. C’est cette sainteté du silence et de la « pudeur » que scrute Mgr Rey, au fil des dix-sept méditations, délivrées à l’occasion de ses pèlerinages à Cotignac où le « gardien de la Sainte Famille, chaste époux de la Vierge, père adoptif de l’Enfant-Jésus » apparut en 1660 à un jeune berger, Gaspard Ricard. Sont ainsi abordées les questions de la paternité, de la virilité mais aussi de l’obéissance et de la transmission. Dans ce livre paru en juin 2018, l’évêque propose des pistes aux pères, grands-pères et éducateurs, mais aussi des clés spirituelles aux jeunes qui se préparent au mariage et sont appelés à fonder une famille.

Les dernières promotions

sacramentaire du chapitre de Fréjus r

2018

Le mercredi 3 octobre 2018, en la fête de saint Cyprien, Mgr Rey a installé le chanoine Charles Mallard à la cathédrale Notre-Dame de la Seds.

Lire la suite

2017

Le mercredi 26 avril 2017, Mgr Rey a installé deux nouveaux chanoines honoraires qui ont reçu à cette occasion les insignes de leur nouvelle fonction dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.        

Lire la suite

2016

Le 19 mars 2016, Mgr Rey a nommé cinq nouveaux chanoines, trois chanoines titulaires et deux honoraires, qui furent installés le 23 juin suivant dans la cathédrale Notre-Dame de la Seds.            

Lire la suite

Les publications

sacramentaire du chapitre de Fréjus r2d

 

Morale, histoire, théologie, spiritualité, les chanoines continuent d’apporter leur contribution à la vie du diocèse également par leur recherche et leurs travaux intellectuels.

On trouvera dans cette rubrique quelques références aux publications qui ont vu le jour ces dernières années, même si la liste n’est pas exhaustive.

 

Voir la liste

Marc-Antoine Gérard (1761-1838)

Marc-Antoine Gérard naquit à Aups le 25 février 1761, fils de Jean-Joseph et Marie Anne Catherine Gérard. A peine fut-il ordonné prêtre, qu’il fut vicaire à Sillans, en mars 1785, il resta dans cette paroisse jusqu’au 4 novembre 1790, époque à laquelle il fut nommé vicaire à Aups, sa patrie. Le 27 novembre 1790, quelques jours à peine après son installation fut décrétée la prestation du serment entérinant la Constitution civile du clergé. Le 13 février 1791, avec deux autres vicaires et l’aumônier de l’hospice, il suit son curé, Joseph Gérard, pour prêter solennellement dans l’église le serment exigé, d’adhésion à la Constitution civile du clergé, avant que le curé ne conclue le tout par un beau discours. Mais l’abbé Marc-Antoine Gérard se rend très vite compte de l’erreur qu’il vient de commettre et a le courage de venir le rétracter devant les autorités de la commune le 31 mai 1791, déclarant vouloir se soumettre à l’Eglise et à ses décisions, se disant inviolablement attaché à la religion catholique, apostolique et romaine. Voulant exposer d’une manière authentique quel avait été son dessin, il explique qu’ayant toujours reconnu l’indépendance de l’Eglise soit dans le dogme soit dans tout ce qui tient à son gouvernement spirituel, il n’avait pu prêter le serment qu’à la condition que l’Eglise approuverait la Constitution civile du clergé, or l’ayant rejeté par la voix du chef visible de l’Eglise et du corps des évêques de France, il déclare le rétracter expressément. L’acte fut enregistré et une copie fut envoyée au district de Barjols. Un autre vicaire fait de même à sa suite. L’abbé Marc-Antoine Gérard dut quitter la paroisse et, pour se mettre à l’abri des représailles, gagna la ville de Marseille en janvier 1792. En juillet, il est inscrit sur la liste des prêtres émigrés et ses biens sont dès lors mis sous séquestre. Une requête présentée par son père obtient de l’administration le 9 mars 1798 que son nom soit retiré de la liste des émigrés et que, considéré comme frappé de mort civile et déporté par obéissance à la loi, ses biens soient restitués à ses héritiers. Ce prêtre courageux et fidèle fut nommé chanoine honoraire par Mgr de Richery en 1824 et mourut à Marseille le 19 avril 1838.

Prochaine réunion du chapitre

 jeudi 31 janvier 2019

17h00 rencontre à la sacristie

17h30 Vêpres à la cathédrale

18h00 Messe pontificale

suivie de la session du chapitre

 

 

Intention de prière de l'Evêque

Le diocèse d'Homs, en Syrie
jumelé avec celui
de Fréjus-Toulon

 

Vigiles dominicales  à la cathédrale de Toulon